×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Copag signe une convention d’agrégation

    Par L'Economiste | Edition N°:3676 Le 13/12/2011 | Partager
    L’accord concerne 78 producteurs de primeurs
    A l’horizon 2020, 88 agriculteurs seront agrégés
    La coopérative investit 81 millions de DH

    Le plan agricole régional de la filière maraîchère a pour objectif d’atteindre 2,1 millions de tonnes à l’horizon 2020 contre 1,5 million de tonnes actuellement, à travers une dizaine de projets d’agrégation

    Et de quatre pour Copag. Après les filières lait, viandes rouges et agrumes, la coopérative de Taroudant vient de signer une quatrième convention d’agrégation dans la filière maraîchage-primeurs. L’accord, qui implique Copag, l’Agence pour le développement agricole (ADA) et la Direction régionale de l’agriculture (DRA), regroupe des producteurs de maraîchage des primeurs des provinces de Taroudant, Chtouka-Aït Baha et Inezgane-Aït Melloul. Au total, l’agrégation concernera 78 agriculteurs en 2012, représentant une superficie cultivée cumulée de 397 ha. En 2013, le nombre de producteurs agrégés devrait atteindre les 88 pour une superficie globale de 417 ha. A l’horizon 2020, la convention d’agrégation table sur un total de 98 agriculteurs, représentant une superficie globale de 437 ha dans la filière des primeurs. A l’horizon 2020, la convention a pour objectif de porter la superficie globale cultivée de tomates à 232 ha contre 190 actuellement et d’atteindre une production totale de 38.000 tonnes contre 31.500 en 2012.
    La courgette n’est pas en reste. L’accord vise à en augmenter la surface globale cultivée pour atteindre 157 ha contre 130 actuellement. La production devrait passer de 4.290 tonnes en 2012 à 6.280 t en 2020. D’autres primeurs sont également concernées, tels que le haricot, le piment fort, les petits pois… La convention vise à réserver 70% de la production à l’export pour l’ensemble des variétés contre 60% en 2012.
    Pour rappel, le contrat-programme signé entre l’Etat et la profession de la filière maraîchère des primeurs à l’horizon 2020 vise à atteindre une superficie globale de 50.000 à 60.000 ha pour une production de 3 à 3,5 millions de tonnes, dont 1,7 million destiné à l’export.
    En tant qu’agrégateur, Copag s’engage à approvisionner les producteurs en intrants en guise de préfinancement (engrais, pesticides, semences, plants greffés de tomates et diverses semences de légumes). Au niveau de l’encadrement, la coopérative devra assurer la formation, la mise à niveau des agriculteurs ainsi que l’analyse des sols et des eaux, le cas échéant. La Copag pourrait également procéder à la certification des exploitations agricoles concernées. Par ailleurs, la coopérative s’engage à investir 81 millions de DH, dont 56 millions pour l’acquisition de la station de conditionnement d’Azro, dans la zone industrielle d’Aït Melloul. Les autres dépenses porteront sur la construction de bâtiments, l’acquisition d’équipements et de matériels… Au total, 66 millions de DH auront déjà été investis au cours de 2011.
    Les productions de primeurs seront traitées au niveau de la station de conditionnement d’Azro, dont la capacité de traitement s’élève à 40.000 tonnes par an. Elle devrait atteindre sa vitesse de croisière au fur et à mesure que les primeurs arriveraient à maturité. En attendant, la station a déjà exporté environ 5.000 tonnes de tomates et 500 tonnes de poivrons. Les responsables de Copag affirment être prêts à construire de nouvelles stations de conditionnement si le besoin s’en fait ressentir.
    Outre le triage et le conditionnement des primeurs, l’agrégateur assurera le transport de la production vers les pays importateurs, la valorisation des produits exportés selon les cours internationaux. Le reste de la production sera écoulé sur le marché local. Le paiement des agriculteurs se fera après vente et prélèvements progressifs des charges et des avances versées au cours de la campagne agricole.

    Financement

    Le financement figure également parmi les dispositions prévues par la convention d’agrégation. En effet, la convention vise à faciliter aux producteurs l’accès au financement auprès des organismes financiers et d’assurer le préfinancement de la campagne de production. C’est d’ailleurs l’Agence pour le développement agricole (ADA) qui devrait prendre les dispositions nécessaires auprès de Tamwil El Fellah pour permettre aux agriculteurs agrégés d’accéder au financement. L’ADA s’engage également à faire bénéficier l’agrégateur et les agriculteurs agrégés des aides financières prévues dans le cadre du Fonds de développement agricole (FDA). A signaler, par ailleurs, que l’Etat devrait verser une subvention de 3,45 millions de DH à l’horizon 2020. Un pécule qui s’ajoutera aux 81 millions de DH prévus par la convention d’agrégation.

    Hassan EL ARIF

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc