×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Focus

    Climat des affaires
    De lourds dossiers pour Benkirane

    Par L'Economiste | Edition N°:3676 Le 13/12/2011 | Partager
    Les conclusions d’une étude de l’OCDE
    Diversification de l’économie, réduction des dépenses publiques, informel… les défis

    Informel, corruption, dépenses publiques, facture énergétique, déficit en innovation, RH, Justice, concurrence/monopôle, situations de rente… Ce sont là autant de défis auxquels reste confronté l’environnement des affaires au Maroc.
    A en croire les conclusions d’un récent rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les contraintes sont légion et peuvent parfois compromettre l’efficience des stratégies et réformes sectorielles. En effet, les conclusions de la stratégie de développement du climat des affaires (SDCA) de l’OCDE insistent sur les difficultés de coordination institutionnelle. Les consultants relèvent également des insuffisances dans la communication et la consultation. Certes, il y a unanimité que le pays a connu un taux de croissance plus soutenu et moins irrégulier, une diversification de l’économie et une politique monétaire et budgétaire stable. Mais la conjoncture actuelle révèle une vulnérabilité de l’économie. D’autant plus que de nombreux secteurs sont exposés dans un contexte mondial marqué par la morosité économique (tourisme, IDE, immobilier, attractivité de l’industrie, contraction des liquidités...).
    D’où les nombreux défis à surmonter. La priorité passe par la création d’emplois. Un chantier lourd qui risque de gripper la machine à cause de l’expansion démographique et de la conjoncture morose. Autre bémol: la diversification de l’économie qui souffre de la concentration des secteurs secondaire et tertiaire sur une gamme limitée de produits et services, notamment le tourisme, le textile ou encore l’industrie chimique concentrée sur les phosphates.
    C’est dire que la diversification du tissu économique et des partenariats s’impose. L’enjeu est de ne plus dépendre des marchés européens qui subissent de plein fouet les effets de la crise. L’étude OCDE revient aussi sur l’urgence de l’équilibrage de la facture énergétique et la réduction de la dépendance par rapport aux importations.
    Sur un tout autre registre, les experts tirent la sonnette d’alarme sur les budgets importants consacrés aux dépenses publiques. Le Maroc est, rappelons-le, confronté à un déficit budgétaire croissant en raison de l’ampleur de ses dépenses d’éducation, du tarissement des recettes de la privatisation et des besoins financiers associés aux grands projets d’infrastructures en cours ou prévus.
    Autre boulet qui compromet l’économie, l’informel qui prend des proportions inquiétantes. Ce qui fausse la concurrence des PME et réduit l’efficacité des politiques du gouvernement, sans compter les pertes fiscales induites. Sur ce point, l’étude OCDE déplore l’absence d’une vision, de plan d’action gouvernemental dédié pour réduire la proportion de l’informel.

    Méthodologie

    La Stratégie de développement du climat des affaires (SDCA) s’appuie sur une méthodologie inspirée d’outils et d’instruments de l’OCDE, principalement le cadre d’action pour l’investissement. Elle repose sur des outils à la fois d’évaluation et d’analyse du climat des affaires, mais aussi de définition et de mise en œuvre des réformes prioritaires. L’étude analyse les politiques gouvernementales selon 12 dimensions et près de 240 indicateurs prédéfinis et assortis d’une notation en fonction de critères basés sur les meilleures pratiques internationales.

    Intissar BENCHEKROUN

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc