×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3673 Le 08/12/2011 | Partager

    Le RNI et le PAM feront-ils le poids face au PJD?

    Un faible groupe de pression
    Le jeu politique est en pleine ébullition. Les partis en tête de classement cherchent à bénéficier des postes pour leurs militants, faute de quoi, ils seraient dans l’impasse politique sous peine de perdre la face devant les populations qui ont voté pour eux. Se placer dans le groupe d’opposition dans le Parlement n’exclut pas leur désir d’exercer des fonctions ministérielles.
    Le rôle de l’opposition n’est pas négligeable, il est constitutionnellement renforcé dans la nouvelle Constitution. Mais, à mon avis, les RNIistes et les PAMistes ne font pas le poids face de la nouvelle formation gouvernementale. Ils seront minoritaires si on ajoute l’interdiction de changement ou transfert d’un parti à l’autre. Le parlementaire a l’obligation de rester fidèle à sa formation partisane initiale. L’opposition n’a aucune chance de conduire un groupe de pression pour influencer les décisions du gouvernement ou de les éradiquer. Une grande chance est donnée au PJD de «montrer ce qu’il a dans les tripes», de prouver sa capacité à bien gérer les grands dossiers du Royaume. Il a cinq ans pour le faire et je lui souhaite bonne chance
    H. M.

    Opposition constructive
    L’opposition est très importante au niveau de la vie politique puisque c’est la source de la démocratie, néanmoins on aimerait bien avoir une opposition constructive et non pas le contraire. Le RNI, de mon point de vue, est bien placé pour jouer le rôle de l’opposition constructive grâce à la compétence de ses cadres alors que le PAM est un parti politique qui ne mérite même pas d’être dans cette position.
    R. O.

    Des fous comme garde-fou?
    Un parti de l’opposition doit critiquer la majorité gouvernante, lui donner des leçons. Cet esprit permet à la majorité d’avancer et d’autoréguler la politique mise en place. Le grand gagnant c’est le pays. C’est ça la démocratie. Le RNI dans l’opposition? Ce patron serait incapable de critiquer une politique de restrictions sociales, puisque lui-même est par définition antisocial. Le RNI aurait été plus efficace pour le Maroc, s’il avait accepté de gouverner avec le PJD. Dans la majorité, il peut asseoir une vraie idéologie de technocrates, et les intellectuels marocains se souviendront toujours de cela. Dans l’opposition, il va devoir jouer le rôle de l’hypocrite de service et ça risque d’être néfaste pour son avenir.
    Le PAM, lui a été obligé de se ranger du coté de l’opposition. Le PJD n’en veut pas. A mon avis, le PJD a commis une erreur en refusant de négocier avec le PAM. Ce parti peut conquérir quelques voix, s’il sait saisir sa chance. Sinon, il risque de se condamner à une mort certaine. Et ce n’est pas dans l’opposition qu’il va retrouver sa vigueur et sa vitalité.
    La question qui se pose maintenant, est, quelles sont les politiques à appliquer pour mener le pays à bon port dans un climat de fortes turbulences? L’opposition doit être plus clairvoyante et plus sociale que les partis de la majorité afin de jouer son rôle de garde-fou.
    J. V.

    Coquilles vides
    Le RNI et plus encore le PAM sont à mon avis des partis dénués de toute assise électorale et de toute base populaire. Ces partis correspondent à ce que l’on a appelé un temps les «partis cocotte-minute» ayant pour unique but de justifier la nomination de courtisans (certaines personnalités opportunistes en général plus préoccupées par leurs propres intérêts que par celui du pays) à certains postes de responsabilité. Si les règles démocratiques sont respectées comme le prévoit la nouvelle Constitution, ce que l’on espère pour notre pays, le RNI autant que le PAM ne devraient pas peser lourd face au poids du PJD. Par ailleurs, étant donnée la conjoncture actuelle: printemps arabe, crise de l’Euro etc..., la Monarchie a besoin de s’associer au PJD pour se créer un «fusible» à même de canaliser la contestation. C’est pourquoi, les partis tels que le RNI et plus encore le PAM ont de grandes chances de se voir relégués à des rôles secondaires et ce, pour un bon moment.
    J. J.

     

    Qu’espérez-vous du pjd?

    Démocratie, démocratie
    L’arrivée du PJD pendant le printemps arabe lui donne une signification particulière et amortit un résultat qui en d’autres temps aurait suscité peurs, fuites de capitaux, baisse des notations des agences, inquiétudes des chancelleries. Mais les bouleversements qui ont eu lieu en Tunisie, en Egypte, en Libye, au Yémen, Bahreïn, Koweït … relativisent la victoire tranquille du PJD. Heureusement, la démocratie et les libertés individuelles seront préservées. Les Marocains attendent des miracles du parti islamiste. Mais il ne faut pas voir trop grand. Le PJD n’a pas d’expérience gouvernementale et donc il a tout à apprendre. Espérons qu’il saura trouver les bons hommes pour traiter les dossiers du Maroc. A son actif, une proximité avec le peuple. Ce qui n’était plus le cas pour les partis qui ont dirigé ce pays jusqu’à aujourd’hui. J’espère seulement que ses membres ne vont pas s’engraisser comme les autres et oublier leurs devoirs envers les citoyens.
    BJ

    Banque islamique
    Ce que j’attends en 1er lieu de ce gouvernement c’est l’instauration d’une vraie banque islamique à l’instar des pays du Golfe, car il y a une population importante qui en besoin et qui l’attend depuis des années. Notamment ceux qui préfèrent débourser des sommes importantes dans le loyer qu’acquérir un logement avec l’usure. Personnellement, je connais des ingénieurs d’Etats, des hauts cadres et mêmes des employés de banque qui préfèrent voir un jour une banque islamique pour résoudre leurs problèmes financiers (crédits de voiture, de maison, de commerce...) tout en restant conformes avec la charia.
    M. N.

    Femmes: moins de discriminations
    A toutes les femmes qui ont voté PJD, félicitations. On sait que dans l’administration marocaine il y a des discriminations contre la femme.. . Surtout quand celle-ci est une petite fonctionnaire, approchant la retraite et, qu’elle doit faire face à une mafia qui vend des postes aux plus offrants. Personne ne prend en considération les longues années qu’elle a passées dans cette institution, et on lui arrache ses droits les plus légitimes comme la promotion interne par ancienneté. On la spolie de ses droits en donnant sa place à des « personnes parachutées ». J’espère que le PJD que l’on dit honnête donnera justice à toutes ces femmes qui travaillent avec abnégation. Merci de publier ce message. Je parle au nom des pauvres gens qui demandent le minimum de justice et de dignité dans leur propre pays.
    M. M.

    Le changement
    Le PJD a gagné les élections parce que les Marocains veulent le changement. Ils veulent aussi des gouvernants et hommes politiques nouveaux qui ne soient pas ternis ou associés aux magouilles, affaires malpropres et autres dilapidations de deniers publics. Donc, la voie est tracée:
    - Moralisation de la vie publique et politique
    - Fin de l’impunité pour les responsables véreux et corrompus
    - Mise en place d’un système judicaire plus équitable et pas corrompu.
    - Mise à niveau de l’enseignement, de la maternelle à l’université. Il faut arrêter de perdre des générations entières de Marocains. C’est l’avenir du pays qui en dépend
    - Prise en main sérieuse et mise à disposition de moyens et de processus de pays développés au profit des impôts. C’est avec des impôts justes, généralisés et administrés de façon performante qu’un pays peut financer sa croissance et son développement. Jusqu’à présent ça n’a pas été le cas... Voila Mesdames et Messieurs du PJD ce pour quoi vous avez été élus. Il y a beaucoup de Marocains compétents et disponibles à travailler pour ce programme et ces objectifs. Trouvez-les à l’intérieur et à l’extérieur du Maroc. o
    Un marocain du monde
     

    Cliniques, efficaces les contrôles?

    Des liquidateurs contaminés!
    Le lobby des cliniques est extrêmement puissant.
    Il faut prendre le taureau par les cornes et mettre en place des mesures efficaces:
    - Former des médecins en grand nombre (le contraire de la politique actuelle);
    - Soumettre les cliniques à des contrôles fiscaux systématiques (ministère des Finances), et à des contrôles des achats (les douanes), ce n’est pas le cas actuellement;
    - Considérer les cliniques comme des entreprises libérales ordinaires et permettre ainsi aux hommes d’affaires d’y investir en tant que patrons; le médecin redevenant ainsi un
    employé;
    - Rendre les relations entre les cliniques et les mutuelles transparentes (par une grande dose d’informatique);
    - Permettre aux cliniques de faire de la R&D en collaboration avec les universités;
    Les cliniques souffrent du syndrome de la «pognonite» (amour de l’argent) et qui n’a pas de vaccin.
    Le nouveau gouvernement a un véritable défi à relever en matière de santé publique et privée. Bon courage!
    J. V.

    Peu de résultats
    L’on parle de l’inspection des cliniques mais on ne voit aucun effet. La ministre de la Santé publique, Yasmina Baddou, a voulu s’atteler à ce dossier mais elle n’a même pas été soutenue par sa famille politique. On l’a lâchée dans l’arène, seule, et face au lobby des médecins elle ne peut faire le poids. Résultats des courses, le grand perdant dans l’histoire c’est le patient qui se retrouve pris en otage par les cliniques.
    Les hôpitaux publics font fuir et les cliniques rackettent sans vergogne les malades. On paie d’abord et on soigne après. On ne parle pas des factures gonflées de soins jamais pratiqués, de paiements en cash jamais déclarés etc…
    Si on voulait vraiment faire le ménage dans les cliniques, cela aurait été fait il y a bien longtemps.
    NE

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc