×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Agadir: La 1re promotion de croupiers sur le marché

Par L'Economiste | Edition N°:3673 Le 08/12/2011 | Partager
Les lauréats tous des jeunes marocains
L’école est implantée au sein du Casino Le Mirage

Jusqu’à présent, les casinos de la ville n’employaient que des croupiers d’origine étrangère. Le projet de mettre en place une école de croupiers à Agadir a été lancé suite au rachat du Casino Le Mirage, il y a quelques mois par l’opérateur touristique De Cameron Morocco, en partenariat avec l’Espagnol Cirsa

«Faites vos jeux. Rien ne va plus! Les jeux sont faits». Il est 11h du matin, nous sommes au Casino Le Mirage, un des établissements de jeux de la station balnéaire d’Agadir. A cette heure-ci, le casino n’est pas ouvert à la clientèle. L’activité ne démarre chaque jour que de 16 h à 5 h du matin. Mais cette matinée, le Mirage abritait une cérémonie particulière réservée à une assistance toute restreinte. Il s’agit de la remise des diplômes à une toute jeune promotion de croupiers et croupières tous marocains formés par l’école créée dans l’établissement. La démarche est toute nouvelle car c’est la première école du genre au Maroc. Jusqu’ici, les croupiers et croupières des trois casinos de la ville étaient tous d’origine étrangère, pour la plupart des Européens des pays de l’Est.
Ce projet original de mettre en place une école de croupiers dans la ville, aujourd’hui concrétisé, a été lancé suite au rachat du Casino Le Mirage, il y a quelques mois par l’opérateur touristique De Cameron Morocco, en partenariat avec l’Espagnol Cirsa. Ce dernier est leader mondial dans les jeux et équipements de loisirs. Pour les deux entreprises spécialisées dans le secteur du tourisme à travers le monde, l’investissement dans ce casino comme dans cette école de croupiers n’est pas fortuit. Les deux partenaires croient tous deux aux potentialités touristiques d’Agadir et souhaiteraient réaliser d’autres investissements dans la ville. En effet, la destination abrite aujourd’hui trois casinos. Dans la station balnéaire d’Agadir, le Casino Le Mirage et Shems Casino se partagent le «jackpot» avec le Casino Atlantic, dernier-né dans la destination. Au Maroc, le nombre des casinos a atteint sept déjà.
L’octroi d’une licence de casino, qui reste encore un sujet très délicat à aborder, est un sésame délivré uniquement à travers un arrêté, signé par le Chef du gouvernement après avoir été traité par plusieurs commissions.
Seules, par ailleurs les villes touristiques de Marrakech, Tanger, Agadir, Ouarzazate, Mohammadia et El Jadida depuis l’ouverture de Mazagan peuvent en abriter. A Agadir comme ailleurs, la clientèle nationale constitue près de 50% de ces temples du jeu. De fait, ces établissements permettent de varier l’offre touristique en terme d’animation et de répondre aux différentes attentes.
A Agadir du moins, l’implantation de ce genre d’établissements est en fait indispensable si on veut se positionner en tant que destination touristique compétitive.

De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc