×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Printemps arabe: «Les services après-vente» du FMI

    Par L'Economiste | Edition N°:3673 Le 08/12/2011 | Partager
    Lagarde propose de supprimer des barrières douanières

    «Le monde peut contribuer à promouvoir des changements positifs dans le monde arabe en s’ouvrant aux exportations en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord». Ce sont les propos de Christine Lagarde, DG du FMI lors de son intervention, le 6 décembre, à l’occasion d’une rencontre organisée par la «Safadi Foundation» au Woodrow Wilson Center, à Washington. C’était l’occasion de revenir sur le potentiel économique que renferme le printemps arabe. La communauté internationale doit ouvrir davantage les marchés aux pays de la région. «Pour pouvoir se moderniser et devenir plus compétitifs, ils auront besoin d’accroître leurs échanges avec le reste du monde. Il n’y a tout simplement pas d’autre moyen de créer les emplois nécessaires et de promouvoir une croissance solidaire», a relevé la directrice générale du FMI. Celle-ci a plaidé pour la suppression des barrières douanières et non-douanières avec les pays arabes.
    Christine Lagarde a assuré que la communauté internationale est prête à aider la région, tout en détaillant plusieurs programmes d’assistance technique. Le FMI est en train d’aider l’Egypte à se doter d’un régime fiscal plus équitable et la Libye à mettre en place un système de paiement moderne. L’institution internationale veut aider la Tunisie à améliorer son secteur financier et la Jordanie à réformer les subventions aux carburants.
    Les objectifs économiques du Printemps arabe restent évidents : une croissance plus forte, génératrice d’emplois et répartie entre les différentes couches sociales. Pour les réaliser, il est absolument essentiel d’assurer la stabilité macroéconomique et financière. Autrement dit, les gouvernements doivent s’orienter vers de meilleures politiques budgétaires. Le secteur privé, y compris les PME, doivent jouer un rôle moteur pour doper l’investissement, la productivité et la compétitivité et partant créer des emplois.

    F. Z. T.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc