×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:3673 Le 08/12/2011 | Partager

    L’ultime sauvetage de «Nouvelles frontières»
    Après des résultats exceptionnellement bas en 2011, le voyagiste français «Nouvelles Frontières» devra se plier à un plan d’austérité rigoureux qui pourrait l’amener à supprimer près de 400 postes d’emploi. Le groupe fusionnera avec d’autres tour-opérateurs dès le mois de janvier prochain pour former l’entité «TUI Travel France». Objectif : sauver la franchise et augmenter la marge bénéficiaire du futur groupe.

     

    Les révolutions refroidissent les investisseurs
    Un nouveau rapport de la Banque mondiale et de l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) examine les perceptions des investisseurs à la lumière du printemps arabe et la crise des dettes souveraines. Le rapport sur «l’investissement mondial et les risques politiques » constate que les investisseurs sont «prudemment optimistes» au sujet de leurs plans d’investissement au cours des 12 prochains mois. Ils sont plus confiants au cours des trois prochaines années: près de 75% des entreprises ayant répondu ont des plans pour s’étendre dans les pays en développement au cours de cette période.
    L’enquête montre que les événements dans la région Mena ont eu un effet négatif sur l’investissement direct étranger (IDE), mais une importante majorité des investisseurs mondiaux ont dit qu’ils n’ont pas changé leurs plans d’investissement. Globalement, le rapport note que la croissance enregistrée des flux de capitaux privés aux pays en développement, y compris l’IDE, se modère, mais on s’attend à reprendre de la vitesse dans le moyen terme.

     

    • Zone euro: Les propositions de Van Rompuy
    Le président de l'UE, Herman Van Rompuy suggère d'ouvrir la voie à la création d'euro-obligations. Et ce, une fois le travail de renforcement de la discipline budgétaire effectué, dans des propositions susceptibles de prêter à controverse en vue du Sommet européen de jeudi et vendredi. Le texte a été transmis aux capitales à la veille de la publication d'une lettre franco-allemande détaillant les propositions de Paris et de Berlin sur un changement de traité. Autres sujets sensibles: le document envisage d'octroyer le statut de banque au futur mécanisme de secours permanent de la zone euro pour les pays en difficulté (MES), appelé à remplacer le FESF, ce qui pourrait ouvrir la voie à son refinancement par la Banque centrale européenne. Une option rejetée jusqu'ici par Berlin. A noter par ailleurs que les prix du pétrole ont ouvert en baisse, hier mercredi, dans un marché attentiste avant l'ouverture du Sommet européen et la publication des stocks américains de pétrole. Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en janvier cédait 10% par rapport à mardi 6 décembre, à 101,18 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

    • Les compagnies européennes dans la tourmente
    L'Association internationale du transport aérien (Iata) estime que les compagnies dégageront cette année des bénéfices de 6,9 milliards de dollars. Mais elle a fortement révisé, hier mercredi 7 décembre, à la baisse ses prévisions pour 2012. L'organisation table désormais sur un bénéfice de 3,5 milliards de dollars contre 4,9 milliards estimés en septembre. Elle n'exclut pas en outre des pertes de plus de 8 milliards si la crise de la zone euro évolue en crise bancaire et récession européenne. En 2010, année de retour de la croissance, les transports aériens avaient engrangé 15,8 milliards de dollars de bénéfices après des pertes de 4,6 milliards l'année précédente. Les compagnies européennes sont dans la position la plus délicate. Les transporteurs d'Amérique du nord évoluent dans un environnement plus clément: l'économie américaine s'accroît à un rythme plus rapide que l'Europe. Sans surprise, les transporteurs asiatiques se portent bien.

    • Maroc/Espagne: 20 projets du Poctefex
    L'objectif des vingt projets sélectionnés dans le cadre du deuxième appel du Programme opérationnel de coopération transfrontalière Espagne-frontières extérieures (Poctefex) est de promouvoir la coopération territoriale des zones frontalières entre le Maroc et l'Espagne. C’est ce qu’a indiqué hier mercredi 7 décembre à Las Palmas le vice-ministre canarien de l'Economie et des Affaires économiques avec l'Union européenne (UE), Ildefenso Socorro. Les projets retenus représentent un investissement de 14,3 millions d'euros dont 10,7 millions provenant du Fonds européen de développement régional (FEDER) et le reste des entités bénéficiaires des aides.


    Syrie: Assad tente de se dédouaner
    LE président syrien Bachar al-Assad a nié avoir donné l’ordre de tuer des manifestants dans son pays. Il a affirmé que «seul un fou ferait cela», dans un entretien accordé à la chaîne de télévision américaine ABC News. Le président syrien a par ailleurs remis en cause le bilan de 4.000 morts dans la répression des manifestations avancé par l’ONU, affirmant que la majorité des personnes tuées étaient des partisans du régime, et non l’inverse. Il a également minimisé les conséquences des sanctions prises contre son pays, soulignant que ce n’était pas quelque chose de nouveau. A noter que la Syrie s’est félicitée des déclarations d’Ankara. Celle-ci a dit que la Turquie n’autoriserait pas d’attaque contre d’autres pays à partir de son territoire.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc