×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprise Internationale

    Le nouveau Veolia arrive

    Par L'Economiste | Edition N°:3673 Le 08/12/2011 | Partager
    Le groupe se désengage du transport
    objectif : se désendetter et s’adapter à la nouvelle conjoncture
    Mais son chiffre d’affaires pourrait diminuer de 30%

    Le PDG de Veolia Antoine Frérot a annoncé que le groupe sera restructuré d’ici 2014 afin de se désendetter et de faire face à la nouvelle conjoncture internationale. Le groupe compte notamment céder son activité dans les transports publics

    LE leader mondial de l’eau et des déchets Veolia, présent au Maroc à travers plusieurs filiales, sera totalement restructuré d’ici deux ans. Le groupe vient d’annoncer qu’il compte abandonner son activité dans les transports publics tels que le métro et le tramway pour n’opérer que sur les secteurs de l’eau, des déchets ou encore des services énergétiques. Des secteurs qu’il exploite au Maroc au travers des contrats de gestion déléguée à Rabat et à Tanger. Selon le plan dévoilé par la direction, Veolia cèdera ainsi sa filiale de transports publics Veolia Transdev. Parallèlement, le groupe projette de vendre ses activités dans les déchets solides aux Etats-Unis et ses activités dans l’eau en Grande-Bretagne, lesquelles dégagent respectivement 614 et 317 millions d’euros de chiffre d’affaires. Au total, la cession de ces activités et l’abandon du secteur des transports compteront pour les deux tiers d’un programme de 5 milliards de dollars étalé sur deux années. Objectif : réduire ses coûts afin de se désendetter, s’adapter à la nouvelle conjoncture internationale et se repositionner dans une optique de croissance.
    En effet, le groupe est victime d’une dette trop lourde qui l’handicape depuis plusieurs mois et sa rentabilité s’est amoindrie. De plus, l’activité transport demandait un effort d’investissement trop important et constituait un domaine trop éloigné des autres. Le nouveau Veolia sera opérationnel à partir de 2014 et permettra de ramener de 15 à 12 milliards d’euros la dette de l’entreprises. Il emprunte une nouvelle direction, notamment depuis le départ de l’ancien patron Henri Proglio qui avait quitté ses fonctions en 2009 et avait développée l’activité du groupe au niveau international. Veolia mise en effet désormais sur une centralisation hors paire et projette de se limiter à 40 pays d’ici deux ans, contre près du double actuellement. Par ailleurs, le groupe opérera sur les domaines de l’eau, des déchets et de l’énergie par le biais d’un contrat avec EDF. Le groupe entend ainsi se recentrer sur ses offres commerciales les plus rentables et suivre un plan de réduction des coûts rigoureux. En d’autres termes, Veolia va mettre l’accent sur ses points forts et viser les marchés à forte croissance.
    Cependant, cette stratégie comporte également des inconvénients selon les analystes. En effet, le nouveau projet entrainera une baisse du chiffre d’affaires global du groupe de prés de 30%, ne dépassant pas ainsi les 25 milliards d’euros. De plus, le nouveau programme pourrait se traduire par des licenciements sur le plan international.

    Karim AGOUMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc