×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    RAM, une bouée pour l’Europe

    Par L'Economiste | Edition N°:3673 Le 08/12/2011 | Partager
    Premier accord avec l’AEA
    La crise sur le Vieux continent détourne le trafic vers la RAM

    «L’Europe est un marché clé pour notre compagnie et nous espérons être tenus pleinement au courant des dernières évolutions notamment en matière de réglementation du transport aérien», affirme Abderrafie Zouitene, DGA commercial à Royal Air Maroc

    Le Maroc est plus que jamais un pont aérien entre l’Europe et l’Afrique. Aujourd’hui, il est sollicité davantage par les partenaires européens tant pour son positionnement en tant que hub que pour sa mission de centre de distribution du trafic aérien. Crise oblige, les compagnies aériennes européennes risquent de subir de lourdes pertes l’année prochaine. Les perspectives pour 2012 s’annoncent peu encourageantes. «Les compagnies aériennes ne peuvent échapper à une récession économique. En 2012, l’on s’attend à des pertes qui peuvent atteindre 2 milliards d’euros», affirme Schulte Strathaus, secrétaire général de l’Association des compagnies aériennes européennes (AEA). Aussi, selon les estimations de l’Association internationale du transport aérien (IATA), si les agitations économiques subsistent en Europe, les pertes pourront atteindre plus de huit milliards de dollars, les plus lourdes depuis la crise financière de 2008.Face à cette situation morose, les compagnies européennes ont décidé de développer leurs offres low cost et desservir de nouvelles destinations notamment celles africaines. C’est dans ce cadre qu’intervient l’accord de coopération conclu hier entre Royal Air Maroc et l’Association des compagnies aériennes européennes (AEA). Il s’agit d’un partenariat stratégique visant à fluidifier les relations entres les deux parties. Du point de vue de l’association, Casablanca est devenue un centre de distribution important, qu’il faut développer. «RAM est un pont entre l’Afrique et l’Europe et notre association a besoin de son expertise. Elle est d’ailleurs la première compagnie non-européenne à conclure un accord de partenariat avec l’AEA», affirme Strathaus. Du côté de RAM, le partenariat lui permettra concrètement de bénéficier du soutien et de la logistique que peut offrir l’association à un moment crucial. Une période où elle doit mener une restructuration (flotte, plan social et commercial) non seulement pour s’adapter au nouvel environnement mais aussi pour préparer la bataille de la compétitivité. De plus, grâce à cet accord, RAM aura désormais accès aux études et analyses réalisées par les experts de l’AEA ainsi qu’aux mises à jour de la réglementation européenne au même titre que les autres compagnies européennes. Une évolution qui doit être suivie de près par le Maroc qui a fait le choix de s’arrimer à l’Europe en libéralisant son cadre de transport aérien avec l’Union européenne. «Cette libéralisation conduit naturellement notre compagnie à amorcer son ancrage en se rapprochant davantage des compagnies européennes du fait du partage d’un destin commun. Surtout que l’Europe est un marché-clé pour notre compagnie. Seul l’axe Europe –Maroc représente 75% de notre activité», affirme Abderrafie Zouitene, DGA commercial de Royal Air Maroc.

    Intissar BENCHEKROUN

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc