×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Evénement

    Bourse: La première recrue pour 2012

    Par L'Economiste | Edition N°:3673 Le 08/12/2011 | Partager
    Afric Industries veut céder 38% de son capital
    Les souscriptions à partir du 22 décembre

    L’objectif de cette introduction est de permettre à certains actionnaires de sortir du tour de table d’Afric Industries. Un actionnariat qui est principalement formé par les sociétés du groupe El Alami

    L’année 2011 n’est toujours pas finie et la Bourse de Casablanca tient, déjà, sa première introduction pour 2012. Après Stroc Industrie et Jet Alu, le marché attend l’arrivée d’Afric Industries, entreprise spécialisée dans la production d'abrasifs appliqués et de rubans adhésifs ainsi que dans la menuiserie aluminium industrielle détenue à près de 54% par Aluminium du Maroc. L’opération est petite par la taille mais grande par la symbolique. En particulier dans un marché peu dynamique. L’entrée sur le marché de la société est prévue le 5 janvier prochain. La cotation des actions de la filiale d’Aluminium du Maroc, qui est également dirigée par Abdelouahed El Alami, est prévue au 3e compartiment de la Bourse. La procédure d’admission des titres aux négociations sur le marché de croissance est celle de l’offre à prix ferme fixé à 240 DH. Le nombre de titres à céder s’élève à 110.770 actions soit 38% du capital, pour une valeur nominale de 50 DH.
    Par cette cession sur le marché, le management de la société ambitionne clairement de permettre «une sortie royale» de certains actionnaires. «Nous mettons en Bourse une société qui atteint sa vitesse de croisière pour permettre à nos actionnaires de pouvoir céder leurs participations», confie, à L’Economiste, Mohamed Koutit, DG de la société. Il ne s’agit donc pas, à travers cette opération, de faire appel à de l’argent frais pour financer les investissements futurs d’Afric Industries. «On cède au marché une petite affaire qui fonctionne bien», soutient le DG. D’ailleurs, Koutit promet la distribution de la totalité du résultat, voire plus. «Les réserves importantes de la société vont également être distribuées». Les souscriptions sont prévues du 20 au 22 décembre prochains avec une possibilité de clôture anticipée à partir du second jour. Trois types d’ordre sont proposés pour cette introduction. Le premier offre 22.154 actions représentant 20% du total de l’opération et 7,6% du capital social de la société. Il est réservé aux personnes physiques, marocaines ou étrangères, résidentes ou pas. Pour ce type d’ordre, aucun minimum n’est prévu, en revanche le maximum pouvant être demandé est 80 actions.
    Le second type d’ordre qui est réservé aux personnes physiques et morales de droit marocain ou étranger propose 33.231 actions représentant 30% du montant de l’OPV et 11,4% du capital social d’Afric Industries. Pour cette catégorie, si la demande d’une personne physique ne peut être inférieure à 81 actions, il n’y a pas de minimum pour les personnes morales. Cependant, le maximum pouvant être demandé par un investisseur du type d’ordre 2 est limité à 10% du montant global de l’opération, soit 11.077 actions pour un montant de 2,7 millions de DH.
    Le troisième type d’ordre qui est réservé aux investisseurs qualifiés (OPCVM actions et diversifiés, compagnies d’assurances et réassurance, organisme de retraite, CDG…) offre pas moins de 55.385 actions (soit 50% du montant total et 19% du capital social de la société).
    S’il n’y a pas de nombre minimum pour cette catégorie de souscripteurs, le maximum d’actions pouvant être demandé se chiffre à 5.539 actions sauf pour les OPCVM diversifiés de droit marocain. Ils peuvent demander jusqu’à 5% du nombre global d’actions proposées dans ce type d’ordre, à savoir 2.769 titres. Les OPCVM obligataires et monétaires ont été exclus des souscriptions par la banque d’affaires conseil pour cette opération, BMCE Capital.

    Faible effet sur le marché

    L’opération qui portera sur un total de 26,6 millions de DH ne révolutionnera certainement pas la Bourse mais, compte tenu du contexte d’illiquidité du marché, elle contribuera, en dépit de sa petite taille, à rehausser la confiance des investisseurs. En raison du manque de tendance de la Bourse, il est plutôt courageux, voire téméraire de s’y introduire. Certains s’y sont même cassés les dents. Stroc Industrie a certainement fait les frais du manque de dynamisme du marché. La valeur qui a coté en juin dernier n’a jamais pu retrouver son cours d’introduction (357 DH). Aujourd’hui, elle traite à seulement 267 DH soit une baisse de 25,2% par rapport au cours de l’IPO. Jet Alu, avant même son introduction prévue le 9 décembre, subit le faible dynamisme du marché. A l’exception des institutionnels, le grand public a boudé les souscriptions à cette OPV.

    M. A. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc