×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprises

Contrats Anapec
Les deux tiers des bénéficiaires sont en CDI!

Par L'Economiste | Edition N°:3667 Le 30/11/2011 | Partager
58.000 insertions en 2011
Pourtant, un taux de chômage en hausse

Source: Anapec
L’année 2011 a été marquée par la réduction de plus de moitié des financements bancaires accordés aux porteurs de projets Moukawalati

L’Anapec dresse son bilan dans un contexte marqué par un taux de chômage de plus de 9% et la victoire du PJD qui promet de réduire ce ratio de 2 points. Certes, le climat d’attentisme diminuait la visibilité et créait une croissance stérile en emploi, mais aujourd’hui, aucune excuse ne peut être invoquée pour ne pas réformer le secteur de l’emploi. L’agence investie de la mission de la promotion de l’emploi estime avoir atteint une bonne partie de ses objectifs à la veille de l’avènement du nouveau gouvernement. Un constat qui ne fait pas l’unanimité auprès du patronat. La CGEM avait regretté qu’uniquement deux des vingt mesures pour l’emploi aient été mises en œuvre. Il s’agit de la prise en charge par l’Etat de la couverture sociale des bénéficiaires des contrats d’insertion et du contrat d’intégration professionnelle visant des liplômés universitaires en chômage depuis plus d’une année. Pour sa part, le gouvernement d’Abbas El Fassi a estimé avoir créé 120.000 emplois en moyenne annuelle entre 2007 et 2010. A défaut de pouvoir contester ces chiffres, le Haut commissariat au plan (HCP) met l’accent sur un nouveau problème. En effet, l’emploi non rémunéré a connu une hausse de 70.000 postes résultant de la création de 76.000 postes en zones rurales (exclusivement féminins) et de la perte de 6.000 postes en zones urbaines. A cela s’ajoute une forte perte d’emploi rémunérés dans le milieu rural.
L’une des mesures phare entreprise par l’Anapec est Idmaj, plus communément connu sous l’appellation contrats d’insertion. Un dispositif qui vise à favoriser l’intégration des jeunes dans le monde de l’entreprise. Dans le cadre de ce programme, 47.236 insertions, dont 5.987 dans le cadre du placement à l’international, ont été réalisées de janvier à fin septembre 2011. Il est prévu d’atteindre plus de 58.000 insertions d’ici la fin 2011, soit un taux de réalisation de 97% et une augmentation de 5% comparativement à 2010. La plus grande part des insertions a été réalisée dans la région Tanger-Tétouan (25%) suivie par Casablanca (20%). Le principal apport des contrats d’insertion est que 75% des bénéficiaires ont réussi à avoir une insertion durable (63% avec un CDI). Néanmoins, la mesure qui prévoyait l’exonération des cotisations sociales a contribué à la montée de la précarité. Des salaires bas, aucune couverture sociale et des employeurs qui fraudaient pour reconduire les contrats d’insertion. Le tir vient, il y a quelques mois ,d’être corrigé par la prise en charge de l’Etat des cotisations patronales. La générosité gouvernementale se fera sentir sur les finances de l’Etat et sans doute réduira sa capacité à investir et à créer d’autres postes. Voilà une problématique sur laquelle les économistes du parti islamiste devront se pencher dans les plus brefs délais.
L’entrepreneuriat comme mode de création d’emplois n’est pas en reste. A fin septembre, le programme Moukawalati a enregistré 3.035 porteurs de projets qui ont été formés parmi les 3.723 inscrits et 1.609 ont été sélectionnés conformément à la nouvelle procédure prévoyant le passage devant un jury après l’élaboration du business plan. Le nombre d’entreprises ayant démarré est de 520. Les financements bancaires pour ces projets ont été réduits de moitié au détriment de la hausse de l’accompagnement de l’INDH.

Ilham BOUMNADE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc