×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Transitions démocratiques
Le Maroc, exemple pour les pays arabes

Par L'Economiste | Edition N°:3620 Le 21/09/2011 | Partager
Un forum pour discuter des mutations dans la région
L’objectif est de mettre en valeur l’expérience marocaine
Une «Task force» européenne pour accompagner les transitions

Pour Taïeb Fassi Fihri, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, «la démarche adoptée par le Maroc lors de sa réforme constitutionnelle est non seulement utile pour les Marocains, mais aussi pour nos frères dans le monde arabe. Le Royaume doit être une source d’inspiration»

Une pléiade de personnalités de renommée internationale a fait le déplacement, vendredi dernier, à Rabat pour participer au «Forum international sur les transitions démocratiques et les processus constitutionnels dans le monde arabe». Cette rencontre a été organisée par le Club diplomatique marocain (CDM) et l’Association marocaine de droit constitutionnel (AMDC) en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères et de la coopération. L’objectif est d’enrichir les débats en cours sur la transition, de partager les expériences ainsi que de mettre en valeur la pertinence de la méthode adoptée par le Maroc lors de sa réforme constitutionnelle. Car, «il s’agit d’une démarche non seulement utile pour les Marocains, mais aussi pour nos frères dans le monde arabe. Le Royaume doit être leur source d’inspiration», a déclaré Taïeb Fassi Fihri, ministre des Affaires étrangères.
Pour Mehdi Mimoun, président du CDM, «ce forum est une occasion pour discuter d’un sujet d’une importance cruciale. Il se penchera sur les révolutions que connaît le monde arabe et leurs répercussions au niveau international». Il a également mis l’accent sur les réformes entamées par le Maroc et particulièrement la nouvelle Constitution. Sur ce registre, il a rappelé que «le Maroc s’est inscrit dans un processus de réformes profondes depuis des années. Celles-ci ont été essentiellement basées sur le dialogue et la tolérance». Même son de cloche auprès du chef de la diplomatie marocaine. Selon lui, «le Souverain a su impulser le développement démocratique par le biais de réformes courageuses comme le code de la famille, la création de l’Instance équité et réconciliation et la dernière refonte constitutionnelle». Sur ce dernier point, Taïeb Fassi Fihri a mis en exergue l’importance de l’expérience marocaine qui s’est fondée à la fois sur des principes universels et spécifiques à sa société. D’après lui, «le Royaume a adopté une démarche stratégique basée sur le respect de la religion, les spécificités sociales, la préservation de la paix et l’interdiction du parti unique». Le chef de la diplomatie a saisi l’occasion pour lancer un appel aux pays arabes pour étendre l’initiative d’Agadir lancée en 2011.
L’idée est de faire de la région un cadre participatif et d’intégration touchant à toutes les questions politiques et des droits de l’homme et qui dépasse une simple mise en place d’un espace de libre-échange. «Cette initiative demeure ouverte aux autres pays arabes méditerranéens», a-t-il noté. Il a également souligné l’intérêt particulier qu’accorde le Maroc au partenariat de Deauville du G8 dont l’objectif est d’accompagner la dynamique des réformes démocratiques et de développement économique et social dans les Etats signataires de l’accord d’Agadir (Maroc, Tunisie, Egypte et Jordanie).
Cette manifestation de deux jours a connu la participation de Yehya al Gamal, l’ancien vice-Premier ministre égyptien. Ce dernier a salué cette initiative et l’importance de ce forum en ce moment. Il a mis l’accent sur les causes qui ont déclenché la révolution en Egypte. Pour lui, «la révolution est le résultat d’une série d’événements qui remontent à plus de 15 ans. En tête, figure le processus constitutionnel défaillant entamé en 2007 et qui a conduit à des élections désastreuses en 2010». Le doyen des constitutionnels arabes a été clair: «La révolution égyptienne a réussi à renverser le régime, mais n’est pas encore arrivée à édifier un nouveau régime démocratique. Le progrès passe par la primauté de la loi, la liberté de créer les partis politiques et l’adoption d’une méthodologie scientifique». Dans ce même ordre d’idées, Luis Amado, l’ex- ministre des Affaires étrangères du Portugal, a indiqué que «l’instauration de la démocratie nécessite une véritable séparation des pouvoirs et un grand effort en matière d’éducation».
De son côté, Bernardino Leon, représentant spécial de l’UE pour le sud de la Méditerranée, qualifie la réforme constitutionnelle entreprise par le Maroc d’évolution spectaculaire. «Nous soutenons les chantiers ouverts par le Maroc et nous sommes persuadés qu’il va réussir sa transition». Aussi a-t-il révélé l’intention de l’UE de mettre en place une «Task force» pour soutenir les pays en transition démocratique. D’après lui, «l’Europe a la responsabilité d’écouter les pays du sud de la Méditerranée afin de les appuyer dans leurs réformes. La création du poste de représentant spécial pour le sud de la Méditerranée en est la preuve».

Soumaya BENCHERKI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc