×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Dure, dure la reprise après les congés!

Par L'Economiste | Edition N°:3619 Le 20/09/2011 | Partager
Période d’adaptation, gestion des priorités, réunions de travail
Le rôle du manager est déterminant

La quantité de travail lors de la reprise est plus importante qu’en temps normal. Pourtant, il ne s’agit pas de casser ses équipes en leur imposant un rythme soutenu tout juste rentrées

Après une pause certes salutaire, il est pénible de replonger dans le quotidien professionnel. Et encore moins de reprendre les projets en cours ou en débuter d’autres avec énergie et enthousiasme. La période de reprise nécessite souvent un temps d’adaptation pour retrouver son régime de croisière.
Si le congé est considéré comme un outil de motivation, pendant cette période, le collaborateur s’habitue à un rythme de vie et des activités différentes. Or, à la veille de la reprise, manque de volonté et fainéantise sont souvent les deux maîtres-mots.
Dans ce cas, la préparation est double: en amont et en aval. En amont, avant de sortir en congé, le collaborateur se doit de préparer son départ: garantir la reprise de ses affaires courantes et organiser ses vacances. Une bonne gestion permettra au collaborateur de reprendre avec plaisir. Ainsi, partir en vacances sur une bonne note contribue à une bonne rentrée.
En aval, la situation est tout autre. La motivation du personnel après le retour des vacances est le rôle du manager. «Il faut qu’il laisse l’eau couler sous les ponts et leur donne le temps de retrouver leurs marques», souligne Nezha Hami Eddine, consultante et coach chez Cap Rh. Elle ajoute, «convoquer une réunion le premier jour de la reprise pour faire le point sur les projets en cours est le meilleur moyen pour leur faire oublier le plaisir et le bonheur des vacances». Inutile aussi de mettre la pression. Il ne s’agit pas de casser ses équipes en leur imposant un rythme soutenu tout juste rentrées. Mais simplement de leur faire comprendre que les vacances sont terminées et que les choses sérieuses recommencent.
Les employés ont besoin de reprendre progressivement «du service», une période de réadaptation étant indispensable. Malgorzata Saadani, coach international ICC, nuance quelque peu cet avis. «Le manager ne doit pas ménager l’employé. Il lui suffit simplement de le laisser reprendre le cours des choses», souligne-t-elle. D’autant plus que la quantité de travail lors de la reprise est plus importante qu’en temps normal. Pourtant, «certains managers croient bien faire en dramatisant la situation et en répétant à leurs collaborateurs: fini le farniente, les choses sérieuses reprennent», souligne Hami Eddine.
Les réunions de travail collectives à la rentrée s’avèrent également indispensables. C’est une occasion pour renouer le contact entre les membres de l’équipe. C’est aussi le moment de faire le point sur les projets et les actions bouclés avant le départ et de redéfinir les priorités des mois à venir ainsi que de mettre à jour l’échéancier des actions. Cependant, «il est recommandé que la première réunion permette de se reconnecter et se mettre dans le bain. Elle ne doit pas servir à prendre des décisions ou à mener une réflexion», explique la coach.
Toutefois, le manager doit être intransigeant et exiger que chacun donne le meilleur de lui-même. Cela peut passer par imposer des délais stricts et faire fréquemment le point avec ses collaborateurs pour déterminer leurs avancées.
Il est à signaler que certaines entreprises ont pour habitude d’organiser des formations de renfort. Ces «stimulateurs» permettent de fixer les fondations qui permettront aux mois à venir d’être les plus profitables possible, pour l’entreprise comme pour les collaborateurs.

Peau de banane

A la rentrée, en forme et bronzé, la tentation de raconter ses vacances à ses collaborateurs est grande. Pourtant, il faut faire attention à ne pas trop s’étaler. « Il faut éviter d’épater ou de se vanter, le collaborateur peut faire un récit des vacances, mais en faisant attention à ne pas frustrer l’autre», insiste Saadani. Et ce, particulièrement vis-à-vis de ceux qui n’ont pas eu l’opportunité de partir en congé. Frustrés, ces derniers peuvent avoir des réactions malsaines et une peau de banane est si vite sournoisement abandonnée...

Zineb SATORI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc