×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Croissance: L’OCDE multiplie les avertissements

Par L'Economiste | Edition N°:3614 Le 13/09/2011 | Partager
Ralentissement généralisé des grandes économies mondiales
Le Japon fait exception

Source: OCDE
L’indicateur composite avancé pour la zone OCDE a diminué de 0,5 point en juillet 2011, quatrième mois de baisse consécutive

L’OCDE est plutôt pessimiste en ce début du mois de septembre. Les indicateurs avancés signalent un ralentissement généralisé des principales économies mondiales pour le mois de juillet 2011, indique l’Organisation dans un communiqué publié lundi 12 septembre. Conçu pour anticiper les points de retournement de l’activité économique, l’indicateur composite avancé pour la zone OCDE, tout comme celui du G7, enregistre un recul de 0,5 point en juillet, quatrième mois de baisse d’affilée.
Les indicateurs pour le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni, le Brésil, la Chine et l’Inde signalent plus fortement un ralentissement de l’activité économique. C’est le cas aussi pour les USA et la Russie. Le Japon devra, lui, renouer avec la croissance. «Les perspectives pour le Japon continuent d’indiquer la présence d’un possible point de retournement de l’activité économique», selon l’OCDE. La croissance japonaise devrait être dynamisée par les efforts de reconstruction en cours après le tremblement de terre et le tsunami.
Pour rappel, l’Organisation de coopération et de développement économiques avait annoncé, le 8 septembre, que les perspectives de croissance économique se dégradaient avec le ralentissement de la reprise. L’OCDE fournira de nouvelles données et analyses sur les tendances du marché du travail, le jeudi 15 septembre.
Confirmant ses perspectives négatives, la commission européenne a publié un rapport sur les finances publiques. Il précise que la dette publique en zone euro devrait atteindre un pic en 2012 et s’établir à 88,7% du PIB. En 2007, la dette publique était de 66,3% en zone euro et de 59% dans l’ensemble de l’UE. Elle devrait être de 83,3% en 2012 pour les 27. «Si les Etats membres exécutent leurs plans, la dette devrait se stabiliser d’ici 2012», indique le rapport. Mais si les Etats ne parviennent pas à respecter leurs engagements, leur dette publique devrait reculer d’ici 2014 avec de fortes disparités selon les pays. La Finlande et le Luxembourg devraient voir leur endettement se réduire avant cette date, mais la Grèce, l’Irlande ou le Portugal (trois pays ayant bénéficié de plans d’aide au sein de la zone euro) devraient avoir beaucoup plus de mal. Pour la Commission européenne, la réduction de la dette publique prendra également plusieurs années en Espagne et au Royaume-Uni, deux pays qui mettront du temps avant d’inverser la tendance constatée depuis la crise financière.

F. Z. T.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc