×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Marché obligataire: Première sortie de l’OCP

Par L'Economiste | Edition N°:3614 Le 13/09/2011 | Partager
Il sollicite 2 milliards de DH
L’industriel investira près de 98 milliards de DH entre 2010 et 2020
Bon comportement des exportations depuis le début de l’année

Pour sa première intervention sur le marché obligataire, l’OCP sollicite uniquement les institutionnels marocains. Avec un plan d’investissement de près de 98 milliards de DH à l’horizon 2020, l’industriel pourrait de nouveau recourir à cette source de financement avant cette échéance

L’OCP teste sa cote de confiance auprès des institutionnels marocains. Le groupe minier sollicite 2 milliards de DH sur le marché obligataire. Il s’agit de sa première intervention sur ce marché. Le montant levé contribuera en partie à financer ses investissements d’ici 2020. A cette échéance, l’OCP investira près de 98 milliards de DH. Ce qui laisse croire que l’industriel pourrait de nouveau mettre à contribution le marché obligataire comme source de financement pour la réalisation de ses projets.
A elle seule, l’activité chimie monopolisera près de 45 milliards de DH du montant global des investissements. Sur ce segment, le groupe prévoit l’adaptation de l’atelier phosphorique au phosphate pulpe. Une transformation qui est nécessaire pour permettre le transit du minerai dans le futur slurry pipeline. Rappelons que les investissements en infrastructures atteindront 6 milliards de DH. L’OCP devrait réaliser d’importantes économies après la finalisation du pipeline. Elles seraient de l’ordre de 6 à 7 dollars par tonne. L’opérateur minier estime en effet à 1 dollar la tonne le coût du transport par pipeline contre 7 à 8 dollars par train. L’industriel devrait par ailleurs améliorer son capital image grâce à la réduction d’émission de gaz à effet de serre lié à ce mode de transport. Le transport par pipeline permettra une réduction de 900.000 tonnes de CO2 par an, soit 20% de l’empreinte carbone de l’activité phosphatière. Toujours dans la branche chimie, d’autres investissements seront consentis pour la création de deux unités de granulation et le développement de quatre usines d’acide phosphorique et d’engrais DAP.
Les investissements dans l’outil de production et le développement des capacités supplémentaires seront de l’ordre de 29,5 milliards de DH. Il s’agit d’atteindre à l’échéance du plan d’investissement une production de 50 millions de tonnes de roche. La capacité de production de la zone de Khouribga devrait doubler pour atteindre 38 millions de tonnes à l’horizon 2020.
Sur le plan commercial, la finalisation de ses projets est censé conforter le groupe minier dans sa position leader sur le marché international. Après le creux de 2009, l’industriel bénéficie depuis deux ans d’une conjoncture favorable, en témoigne le rythme de progression des ses ventes à l’étranger. A fin juillet, il a enregistré un chiffre d’affaires de 20 milliards de DH à l’export en augmentation de 5,5 milliards de DH sur une année.

F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc