×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Statu quo pour les prix alimentaires mondiaux

Par L'Economiste | Edition N°:3612 Le 09/09/2011 | Partager
Pas de changement depuis juillet, selon l’agence onusienne FAO, mais…
… une flambée des prix par rapport à 2010

L’Indice FAO des produits alimentaires a affiché en moyenne 231 points en août, contre 232 points en juillet. Cette augmentation s’explique principalement par la hausse des cours internationaux du riz et du maïs

PAS beaucoup de changements pour les prix des denrées alimentaires dans le monde. Selon un rapport publié jeudi 8 septembre par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les cours mondiaux des denrées alimentaires sont restés quasiment stables cet été, entre juillet et août 2011. L’Indice FAO des produits alimentaires, qui mesure la variation mensuelle des cours mondiaux par rapport à un panier de denrées alimentaires, a affiché en moyenne 231 points en août, contre 232 points en juillet. Il s’agit d’une augmentation de 26% par rapport l’année dernière. Toutefois, l’indice a diminué de 7 points par rapport à février 2011, où il avait atteint un record historique de 238 points. Plus en détail, l’Indice FAO des prix des céréales a augmenté de 2,2% depuis juillet, s’établissant à 253 points. Il y a eu une croissance de 36% par rapport à août 2010. L’augmentation de cet indice en août s’explique principalement par la hausse des cours internationaux du riz et du maïs. L’indice du riz a grimpé de 4% et celui des céréales secondaires de 2,9%, notamment à cause du changement de politique en Thaïlande, le premier exportateur de riz au monde. Il devrait y avoir un effet d’augmentation, à un niveau supérieur à celui du marché, du prix d’achat au producteur. L’Indice FAO des prix des huiles et graisses était de 244 en moyenne en août, résultat d’une évolution à la baisse depuis mars, mais il demeure toutefois encore élevé. Ceci s’explique par l’essor récent de la production mondiale et de l’offre à l’exportation d’huile de palme et de tournesol.
Il y a également l’Indice FAO des prix des produits laitiers, qui s’est établi à 221 points en août, en baisse par rapport à juillet (228 points) et juin (232 points). Il a malgré tout augmenté de 14% depuis 2010. L’évolution à la baisse des prix du lait est la principale conséquence du renchérissement du dollar néo-zélandais, la Nouvelle-Zélande étant un des plus gros producteur de lait dans le monde. L’Indice FAO des prix de la viande était de 181 points en moyenne en août, soit une hausse de 1% par rapport à juillet. Les prix de la viande bovine, en augmentation depuis juin, ont atteint de nouveaux sommets en août. Les prix de la viande de volaille ont en revanche chuté, par effet de la contraction de 7% des prix du poulet exporté par le Brésil.


Amine EL HASSOUNI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc