×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

L’économie tunisienne se redresse!

Par L'Economiste | Edition N°:3607 Le 02/09/2011 | Partager
Un plan de développement pour les 5 prochaines années
En revanche, le tourisme est en berne

Un plan de développement pour les cinq prochaines années est en cours de préparation en Tunisie. Il se concentrera entre autres sur l’amélioration des conditions de vie, la réalisation de la croissance

La Tunisie prépare un plan de développement à moyen terme. Il se compose de trois étapes, de l’avis de Abdelhamid Triki, ministre de la Planification et de la Coopération internationale. La première étape (2011-2012) consistera à contenir les répercussions négatives de la période post-révolution. Une deuxième étape  (2012-2013) sera une période de transition économique, tandis qu’une troisième étape (2014-2016) se concentrera sur l’amélioration des conditions de vie, la réalisation de la croissance. Le coût de ce plan est estimé entre 100 et 125 milliards de dinars (66 milliards d’euros) sur les cinq ans. Durant les trois premières années, la priorité sera accordée à l’investissement public.
Objectif: combler les défaillances de certains projets liés à l’infrastructure de base et la liaison entre les régions et l’aménagement des nouvelles zones industrielles. Il est prévu que la participation du secteur privé dans l’investissement dépasse les 60% à partir de 2014 pour atteindre 70% et 80% dans les années qui suivent, selon le ministre cité par la presse locale. Les prévisions en terme d’emploi sont plutôt optimistes. Le ministre table sur la création de 500.000 postes d’emploi durant les cinq prochaines années avec une moyenne de 80 et 85.000 postes durant les deux premières années. Ce plan sera présenté aux partis politiques et aux composantes de la société civile. Printemps arabe oblige, l’économie peine à redresser la pente. Au premier trimestre 2011, l’économie tunisienne a enregistré une croissance négative dans la limite de 3,3% alors qu’elle a baissé au deuxième trimestre à moins de 3%, selon les premières estimations.
Toutefois, plusieurs indicateurs montrent un retour à la dynamique économique dans le pays durant le mois de juin 2011, surtout avec la croissance des impôts sur la valeur ajoutée et l’amélioration des activités de certains secteurs économiques.
L’amélioration de l’économie nationale est strictement liée à la stabilité sécuritaire et l’arrêt des sit-in et des grèves dans plusieurs unités industrielles publiques et privées, tient à souligner Abdelhamid Triki.
Sur un ton plutôt pessimiste, l’Office national du tourisme tunisien (ONTT) confirme la crise dans le tourisme pour cette année. Ceci s’explique en partie par le recul de près de moitié de la plupart des indicateurs. L’activité touristique a été marquée par une chute des entrées, des nuitées et des recettes depuis la révolution du 14 janvier 2011. Du 1er janvier au 20 août, le nombre de touristes entrés en Tunisie a baissé de plus d’un tiers (38,9%), atteignant 2,771 millions, contre 4,5 millions de touristes l’année dernière durant la même période.

F. Z. T.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc