×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Focus

Energie: L’enjeu, une offre compétitive

Par L'Economiste | Edition N°:3605 Le 29/08/2011 | Partager
La demande en énergie augmente de 5% et l’électricité de 8% depuis 2003
Celle adressée aux énergies primaires va doubler d’ici 2020

Le Maroc n’a pas attendu la catastrophe de Fukushima pour le choix de son bouquet énergétique. Même si, comme beaucoup s’accordent à le dire, les conséquences de cet accident nucléaire sont également de nature à relancer les énergies renouvelables.
Déjà dans le discours du trône du 30 juillet 2007, le souverain rappelait que «la problématique de l’énergie se pose également comme une question fondamentale qu’il faut aborder dans le cadre d’une vision prospective. L’objectif est de garantir la sécurité énergétique de notre pays, de diversifier les sources d’énergie nationales, par le recours à des énergies alternatives, et d’en assurer un usage rationnel». Dix-huit mois plus tard, le 6 mars 2009, les premières assises dédiées de l’énergie se tenaient à Rabat. Le constat est sans appel. Forte dépendance de l’extérieur à hauteur de 96% de nos besoins en énergie, pour seulement 4% de production locale, principalement de l’hydro-électrique. D’ailleurs, un des quatre critères (politique) pour la définition du bouquet énergétique, est le choix du degré de dépendance et des pays par rapport auxquels elle est pratiquée.
La croissance économique du pays entraine une augmentation de la consommation énergétique qui se traduit par une facture énergétique et pétrolière en hausse. L’accroissement de la demande soutenue en énergie de 5% en moyenne et de 8% pour l’électricité depuis près d’une décennie maintenant, complique encore plus cette situation. Preuve que sur cette même période, la consommation électrique connaît une augmentation moyenne de 7% par an. Elle est passée de 15,5 à 26,5 TWh (térawattheure) actuellement.
De manière générale, la consommation énergétique par habitant est passée de 0,36 tep (tonnes équivalent pétrole) en 2002 à 0,51 en 2010. Pendant ce temps la facture elle, a explosé, passant de 19,1 milliards à 68 milliards de DH avec un pic de 69,7 milliards en 2008. Selon les prévisions du gouvernement, la demande en énergies primaires va doubler d’ici 2020 et tripler d’ici 2030. Elle passera ainsi de 20 à 43 tep, alors qu’elle n’était que de 15 tep en 2008. La demande en électricité elle aussi va doubler d’ici 2020 et quadrupler dix ans plus tard, selon la même projection. Elle passera de 52 à 95 tep, sachant qu’elle n’était que de 24 tep en 2008. Le tout en pariant, comme aime à le répéter la ministre de l’Energie, Amina Benkhadra, sur le défi d’«assurer à tout moment une offre énergétique compétitive, au service de l’économie nationale». Ceci en s’assurant d’une disponibilité et d’une sécurité de l’approvisionnement énergétique, d’une compétitivité économique, d’un développement durable et intégration régionale. Tout un programme. Pour l’heure, les 4 consortiums pré-qualifiés auraient remis une offre technique initiale complète, dans les délais (L’Economiste du 25 août 2011).

Production multipliée par 5

Dans les deux scénarios, de base ou disruptif, la consommation sera multipliée par à minima 4 pour le premier et à maxima à 6 pour le second entre 2008 et 2030. Pendant ce temps, la puissance maximale appelée s’élèvera entre 12.000 et 20.000 MW et la production, multipliée par 3,5.

Bachir THIAM

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc