×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Sécurité routière: Nouveau plan d’urgence sur 3 ans

Par L'Economiste | Edition N°:3604 Le 26/08/2011 | Partager
Il cible l’application du code de la route
Près de 430 millions de DH pour renforcer le contrôle

Le mois de juillet dernier a enregistré 374 accidents mortels. Chiffre en hausse de 19,11% par rapport au même mois de 2010. Au total, le nombre d’accidents a atteint 6.730 occasionnant 469 tués, 1.405 blessés graves et 9.500 blessés légers (Ph. Archives)

MOINS d’un mois après la réunion de la haute commission de sécurité routière, deux plans de lutte contre les dangers de la circulation viennent d’être adoptés mercredi dernier. Il s’agit du plan stratégique d’urgence et celui relatif au contrôle routier pour la période 2011/2013.
Le premier cible trois objectifs fondamentaux. A commencer par l’amélioration des indicateurs de la sécurité routière. Et de manière durable, précise le communiqué du ministère de l’Equipement et du transport relayé par l’agence MAP. Le plan vise, en second lieu, la mise en œuvre de l’ensemble des dispositions de la loi 52-05 portant code de la route. Pour rappel, il s’agit du 3e plan du genre. Seulement, les deux premiers ont été exécutés alors que la réforme du cadre législatif n’avait pas encore abouti. Le troisième objectif a trait à l’acquisition des équipements nécessaires et au renforcement des compétences.
A la différence de ses prédécesseurs, l’actuel plan d’urgence a été enrichi de nouveaux axes dédiés à l’éducation, à la recherche scientifique et à la veille technologique sur la sécurité routière. De source proche du ministère de l’Equipement et du transport, un programme à part entière sera dédié par le département de l’Education nationale à la vulgarisation des dispositions du code de la route. Au préalable, une étude de faisabilité du projet sera réalisée et dont le financement sera assuré par le département de Karim Ghellab. Concernant les autres axes, le communiqué précise que le plan a été élaboré sur la base de divers paramètres d’évaluation de la situation de sécurité routière. Il s’agit notamment de la définition des priorités du contrôle routier: sanctions, formation des conducteurs, examen pour l’obtention du permis de conduire, infrastructures, communication et sensibilisation à la sécurité routière.
Quant au plan de contrôle routier, il vise à asseoir les dispositions visant la lutte contre les accidents graves. Elles concernent les contrôles d’excès de vitesse, du respect des règles de la circulation en milieu urbain et rural et des temps de conduite et de repos pour les camions et les autocars.
Pour lutter contre l’excès de vitesse, facteur aggravant en cas d’accident, le nombre de sorties des brigades équipées de radars mobiles sera augmenté. (www.leconomiste.com). Il en est de même des radars fixes et portables dont le nombre devrait atteindre respectivement 700 et 1.000 unités dès fin août 2011.
Au total, le programme de renforcement des équipements de contrôle prévoit une enveloppe budgétaire de 428 millions de DH sur trois ans.
A. G.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc