×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Régions

    Détroit: Une autoroute de la mer entre Melilia et Sète

    Par L'Economiste | Edition N°:3600 Le 22/08/2011 | Partager
    Melilia veut concurrencer Nador en captant une partie du trafic MRE
    Elle s’est associée avec Sète et la compagnie maritime Tallink

    Il s’agit pour le port de Melilia d’accaparer une part du trafic de la ligne Tanger-Sète

    MELILIA veut entrer dans la cour des grands ports de la Méditerranée. Les responsables de ce port ont mis en place un projet d’autoroute de la mer en collaboration avec divers ports du sud de l’Europe dont celui de Sète en France et Cartagena en Espagne. En gros, selon les médias espagnols qui se sont fait l’écho de ce projet, il s’agit pour le port de Melilia d’accaparer une part du trafic de la ligne Tanger-Sète.
    L’objectif est double, augmenter la part de Melilia en matière de trafic de MRE lors de l’opération Transit et alléger le flux qui transite par les routes espagnoles. Selon le journal ‘Diario Sur’, le projet, déjà avancé, table sur l’appui de la compagnie maritime Tallink. Le port de Melilia compte d’ailleurs financer le projet avec des fonds européens. Melilia devra présenter dès le mois de septembre le projet à Bruxelles dans le cadre de la deuxième mouture du programme Marco Polo.
    Cette future ligne devrait entrer en concurrence directe avec le port de Nador. Ces ports voisins ne sont séparés en effet que de quelques mètres et une ligne directe existe déjà entre Nador et Sète, en plus de celle qui relie ce même port à Tanger. Mais le port de Melilia doit d’abord régler quelques ‘détails’. En effet, ce dernier n’a pas encore réussi à s’assurer l’appui nécessaire pour son projet d’extension. Ce dernier avait été lancé en 2007 et il prévoit de gagner une cinquantaine d’hectares sur la mer avec un investissement prévu de 300 millions d’euros. Le port veut impliquer le privé dans la réalisation et le financement de ce projet d’extension qui, outre une gare maritime, prévoit la mise en place d’un quai dédié au trafic à conteneurs et une zone industrielle.
    L’objectif est de mettre en place un port calqué sur le modèle d’Algésiras avec à la clé la création de 6.000 nouveaux postes de travail, une bénédiction pour une ville de la taille de Melilia.
    A noter que la ville de Melilia est, à l’image de sa consoeur Sebta, étroitement dépendante de son port, seule voie de connexion directe pour la ville en dehors de la frontière de Bni Nsar.

    De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc