×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie Internationale

    S&P et Moody’s rattrapées par l’affaire des subprimes

    Par L'Economiste | Edition N°:3600 Le 22/08/2011 | Partager
    Les agences de notation de nouveau sur la sellette
    Une enquête ouverte avant le retrait de la note maximale «AAA»

    Le gendarme boursier, Securities and Exchange, et la justice américaine sont déterminés à tirer les choses au clair concernant les subprimes qui ont engendré la crise financière de 2008

    LA justice américaine a ouvert une enquête bien avant le retrait de la note maximale «AAA» des Etats-Unis sur les Subprimes qui ont conduit à la crise financière. Après le gendarme boursier américain, la Securities and Exchange Commission (SEC), c’est au tour du département de la justice de mener sa propre enquête sur les agences de notation Standard and Poor’s et Moody’s. Même la classe politique s’en est mêlée et s’interroge sur les pratiques jugées souvent obscures de l’entreprise S&P qui est également très mal jugée par les élus du Congrès, les acteurs de marché et le département du Trésor depuis qu’elle a annoncé que la note des Etats-Unis était abaissée de AAA à AA+. De son côté, l’agence a expliqué sa décision par le fardeau croissant du déficit et de la dette des Etats-Unis. Mais le gouvernement l’a accusée d’avoir commis une erreur dans ses calculs. Pour l’instant difficile de savoir si Fitch troisième grande agence de notation, fait également l’objet d’une enquête du département de la Justice. Dans cette affaire, la justice américaine s’intéresse particulièrement aux cas où les analystes de S&P voulaient abaisser la note de certaines émissions obligataires adossées à la dette immobilière. Le département tente en effet, de faire la distinction entre ce que ces analystes voulaient faire et ce qu’on leur a demandé de faire.
    Mood’ys qui reste le principal concurrent de S&P n’est pas épargné. Le département de la justice a également mené une enquête sur les notes que la société avait assignées à des produits structurés au cours de la crise. Selon le New york Times, l’enquête porte principalement sur le fait de savoir si l’agence avait attribué des notes biaisées à des dizaines d’actifs adossés à des crédits immobiliers avant que la crise financière n’éclate en 2008. Le département de la justice s’est intéressé à des cas où des analystes de S&P voulaient assigner des notes à certains de ces actifs avant de se voir contredire par des dirigeants de l’agence, poursuit le quotidien. Du côté de S&P, un porte parole affirme que l’indépendance analytique et l’objectivité prédominants sont les principes guidant l’action de l’agence et qu’elle avait même pris des mesures pour renforcer l’application de ces principes.
    Par ailleurs, si ces soupçons étaient étayés, l’affaire pourrait porter un sacré coup à la réputation d’indépendance des analystes de S&P. Elle pourrait même donner lieu à des demandes de dédommagement au civil.

    Maryem OUAZZANI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc