×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Télécoms
    Le défi, des débits stables et de bonne qualité

    Par L'Economiste | Edition N°:3600 Le 22/08/2011 | Partager
    Il en va de la compétitivité des entreprises
    Près d’1 milliard de dollars seront nécessaires

    «Des débits stables et de bonne qualité contribueront à l’émergence d’une véritable économie numérique nationale et régionale », affirme Ahmed Toumi, PDG de Panafsat

    Le projet Panafsat (satellite panafricain), d’un investissement estimé à plus de 800 millions de dollars, mettra en orbite son 1er satellite courant 2014. Initié autour des pays de l’UMA, ce projet est à l’actif de l’ex-DG de l’Organisation internationale des télécommunications par satellite et ancien cadre du ministère des Postes et Télécommunications marocain, Ahmed Toumi. Le pacte d’actionnaire qui se tiendra le 21 octobre prochain dévoilera les 4 fonds d’investissement et les trois institutionnels marocains qui prendront part à cet ambitieux projet, aux côtés de partenaires américains et asiatiques.

    - L’Economiste: Pourquoi mettre en orbite un satellite à vocation continentale et se focaliser sur le haut débit?

    - Ahmed Toumi: Le satellite est, par nature, un moyen de communication transcendant les frontières nationales. Vue d’un satellite, placé à une hauteur de 36.000 km, la terre apparaît toute petite. Toutefois, le besoin de concentrer une capacité suffisante sur une zone géographique à couvrir induit la réduction de l’empreinte du satellite sur le sol, d’où les systèmes nationaux ou régionaux. Avec l’avènement de l’ère du savoir et de l’information, le haut débit devient incontournable pour accéder rapidement à l’information et de bénéficier d’applications nouvelles dans des domaines vitaux d’éducation, de santé et de commerce en ligne.


    - Le projet Panafsat est ouvert à plusieurs partenaires à travers le monde….

    - Effectivement. Panafsat est un projet d’infrastructure lourde spatiale et terrestre, donc très capitalistique. Le coût avoisine 1 milliard de dollars U.S. Rassembler un groupe de partenaires motivés à vocation financière et industrielle augmente les chances de succès de ce grand projet. Pour le moment nous avons identifié un groupe diversifié de partenaires dont nous dévoilerons plus tard leur identité.

    - Le modèle économique met le focus sur 10 pays du continent. Qu’est-ce qui ressort de vos prévisions?

    - En réalité, tous les pays de la région couverte par Panafsat bénéficieront des mêmes services et de la même qualité. Les pays n’ont pas tous le même potentiel commercial pour l’entreprise Panafsat. Par souci de conservatisme, la rentabilité de ce projet a été évaluée par rapport au seul potentiel des dix premiers pays, classés en fonction, entre autres, d’indicateurs de PIB et de niveau de développement des télécommunications.

    - Qu’est-ce qui va changer pour les utilisateurs de Panafsat?

    - La particularité de Panafsat est de pouvoir offrir des accès à très haut débit à ses utilisateurs où qu’ils soient, géographiquement et en tout temps. Des débits, pouvant atteindre jusqu’à 50 Mbp/s, seront reçus et transmis au moyen d’un terminal parabolique individuel de moins de 60 cm.
    La compétitivité des entreprises s’en trouvera améliorée grâce à des communications intra et inter entreprises. Le grand public bénéficiera de services en ligne à domicile et les gouvernements déploieront, à grande échelle, davantage de services distants au profit des citoyens et des entreprises. Avec des débits stables et de bonne qualité, c’est enfin une nouvelle relation tripartite (B2C2G) qui contribuera à l’émergence d’une véritable économie numérique nationale et régionale.

    Propos recueillis par Bachir THIAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc