×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casablanca: Une décharge publique à l’Oasis

Par L'Economiste | Edition N°:3599 Le 19/08/2011 | Partager
Elle s’amoncelle sur un terrain privé
Mauvaises odeurs, rats, insécurité… les problèmes
Pétitions des riverains demeurées sans suite

Cette vaste poubelle à ciel ouvert, au cœur du quartier de l’Oasis, est mitoyenne à des résidences, un marché, une boulangerie, une boucherie-charcuterie, une école primaire et une banque. Les commerces en souffrent puisque les clients fuient les lieux de crainte d’acheter des produits contaminés

DES habitants du quartier de l’Oasis, à Casablanca, ne savent plus à quel saint se vouer. Depuis plusieurs années, une décharge publique située face au marché de l’Oasis leur gâche l’existence. Ils ont alerté à maintes reprises les autorités compétentes. En vain. Cette semaine, la situation s’est aggravée : un incendie s’est déclaré mettant en danger la sécurité du voisinage. Les sapeurs pompiers ont dû intervenir à plusieurs reprises pour éteindre les flammes. Une propriétaire d’une maison mitoyenne craint encore des départs de feu. Sous les ordures, des foyers risquent en effet de ne pas être complètement maîtrisés. Des soupçons d’actes délibérés pour attirer l’attention des autorités compétentes commencent aussi à trotter dans les esprits.
«On vit ce calvaire depuis une dizaine d’années. On a écrit des lettres, signé des pétitions…rien n’y fait», clame une habitante du quartier. La dernière pétition a été envoyée le 15 juin au caïd de l’arrondissement. 43 habitants l’ont signé. Le comble, c’est que cette décharge, qui s’ouvre sur les rues Ibis et Imam Mouslim, est régie par la Sita. «Ce qui signifie que des services de l’autorité locale ont donné leur aval à la création de cette décharge d’ordures au milieu d’un quartier de vie», déclare un commerçant, ulcéré. Et plus exactement sur un terrain privé enregistré au cadastre sous le n°2906 C. De plus, ajoute-t-il, la société de ramassage ne fait pas correctement son travail puisqu’elle ne retire qu’un tiers des immondices qui deviennent le «paradis» des rats, insectes, microbes etc…. Contactée par l’Economiste, la direction de la Sita répond qu’elle «ne régit aucun terrain privé à l’Oasis. Elle se charge seulement de ramasser les ordures qui se trouvent dans ce quartier».
Chose grave, cette vaste poubelle à ciel ouvert est mitoyenne avec des résidences, un marché, une boulangerie, une boucherie-charcuterie, une école primaire et une banque. Des commerces qui souffrent puisque les clients fuient les lieux de crainte d’acheter des produits contaminés.

Badr KIDISS
Journaliste-Stagiaire ESJC avec FEO

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc