×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    Grand succès du festival du Malhoune d’El Jadida

    Par L'Economiste | Edition N°:3595 Le 15/08/2011 | Partager
    La 1re édition a réuni plus de 40.000 spectateurs
    Clou de la rencontre, la fusion inédite entre Aïta et Malhoune

    Ce sont 41.000 spectateurs qui étaient au rendez-vous de la première rencontre internationale du Malhoune, «Malhounyate», suite du Festival Jawhara. Trois jours de musique spirituelle avec au programme du Zajel, de l’Aïta, de la musique andalouse, du flamenco, de la musique Hassani ou encore du Haouzi algérien. Ainsi, 14 troupes y ont interprété plus d’une centaine de Qasidas traitant du Madih et d’autres thèmes profanes.
    «L’objectif de cette rencontre est d’ouvrir le Malhoune sur d’autres arts musicaux», indique Abdellah Jennan, porte-parole de Malhounyate et chercheur en art du Malhoune. El Jadida et Azemmour ont accueilli la civilisation arabe, berbère, portugaise ou encore andalouse. «Ce sont ainsi des lieux porteurs de vie et d’histoire pour des soirées musicales grandioses», a expliqué lors d’un point de presse, Mouad El Jamai, gouverneur de la province d’El Jadida.
    Malhounyat, initié par la province d’El Jadida et l’Association provinciale des affaires culturelles, a bénéficié d’une grande confiance des sponsors à l’instar du Festival Jawhara, indiquent ses organisateurs. Au total, 9 millions de DH y ont été consacrés. Et ce, sans comptabiliser le Moussem Moulay Abdellah, dont les chiffres n’ont pas encore été communiqués.
    L’ouverture s’est faite sous le thème «Soirée Andalouse». L’Algérien Rachid Toumi a présenté aux festivaliers de la scène d’Azemmour la Qasida El Herraz. Egalement sur la même scène, le groupe Abdelkrim Raiss s’est produit sous la houlette du maître Mohamed Briouel.
    A El Jadida, les adeptes du Malhoune ont été conquis par la voix de l’étoile montante, Asmaa Lazrak. Le groupe Mohamed Soussi de Fès et Abdelmajid Rahimi qui se sont également produits sur la même scène ont aussi été très applaudis.
    La clôture de cette rencontre musicale internationale a eu lieu à Azemmour. La créativité et la fusion ont été les deux tendances phares d’une soirée baptisait «Oued Oum Rabiaâ», en hommage à l’un des plus importants fleuves du Royaume. Reste que le clou de ce festival aura été la fusion inédite entre la «Aïta» et le Malhoune, un concept totalement innovant selon les organisateurs. Le public a ainsi apprécié les prestations de Diva Chrifa, de la troupe d’Aïta «Ouled Bouazzaoui» ou encore celle d’Abdelmajid Rahimi.

    Un clin d’œil au phosphate

    «La Roche» a été le thème de la deuxième soirée des Malhounyate, un clin d’œil au phosphate. Sur les deux scènes, plusieurs artistes de renom se sont succédé: Abidat Rma, Mohammed Soussi ou encore la folkloriste espagnole Maribel Ramos La Zambra et tant d’autres. «Chanter ici et participer à ce mariage culturel est un véritable enrichissement. Je souhaite toute la réussite possible à ce festival», confie La Zambra.

    Badr KIDISS, (Journaliste-stagiaire ESJC)

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc