×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Finances-Banques

Sociétés cotées
9% de bénéfices en plus attendus pour 2011

Par L'Economiste | Edition N°:3592 Le 10/08/2011 | Partager
La masse s’établirait à plus de 33 milliards de DH à fin décembre
L’immobilier, les banques et les mines, la locomotive de croissance

La masse bénéficiaire s’établirait à 33,2 milliards de DH, en hausse de 8,9% par rapport à 2010. En intégrant les déficitaires, celle-ci devrait s’afficher à 10,6% sous l’effet du retour de Sonasid à un résultat bénéficiaire estimé à 270 millions de DH, et de l’allégement des déficits des sociétés de financement.

Malgré une conjoncture peu favorable, les analystes se montrent optimistes pour ce qui est des prévisions des performances des sociétés cotées. Selon les analystes d’Attijari Intermédiation, «à fin 2011, la masse bénéficiaire s’établirait à 33,2 milliards de DH en hausse de 8,9% par rapport à l’année précédente (30,2 milliards de DH)». De plus, «avec un allégement des déficits des sociétés de financement ainsi qu’un retour des bénéfices pour Sonasid (estimés à 270 millions de DH), la masse bénéficiaire devrait s’afficher à +10,6% par rapport à 2010», estiment-ils
La croissance sera tirée par une locomotive de trois secteurs phares de la cote, en l’occurrence, l’immobilier, les banques et les mines. En effet, à eux seuls, «ils devraient réaliser des croissances significatives, contribuant à plus de 60% de l’ensemble de la performance».
Dans le détail, le secteur de l’immobilier restera toujours le premier contributeur à la croissance du marché. Pour les estimations de l’année 2011, il accapare une part de 29,3% de l’ensemble des bénéfices réalisés. Le secteur devrait afficher un résultat net part du groupe (RNPG) de 3,4 milliards de DH en hausse de 36,9% par rapport à 2010. L’essentiel de la croissance du secteur est donc réalisé par les promoteurs Addoha et Alliances qui y contribuent pour respectivement 54,3 et 26,4%.
Pour le premier, les analystes tablent sur un RNPG pour 2011 de 2,2 milliards de DH, en hausse de 29,7%. De ce fait, la période 2011-2012 devrait confirmer les bons résultats avec une activité axée principalement sur le logement social. La bonne dynamique du segment social et économique devrait continuer pour se traduire par une croissance de 19,3% des ventes, estimées à 7 milliards de DH en 2011.
Addoha devrait également poursuivre ses livraisons des logements haut standing en 2011 (+59%). Quant à Alliances, malgré les difficultés conjoncturelles, il compte réaliser en 2011 des résultats en forte progression, soit +57,6%. La stratégie du groupe étant une diversification de sa ligne métiers, en se repositionnant au niveau du social. En outre, Alliances consolide sa position via la création d’un pôle construction par l’acquisition de deux nouvelles sociétés EMT et Somadiaz,
Secondes contributrices à la croissance bénéficiaire en 2011, les banques. Avec une part de 19,5%, ce secteur devrait enregistrer une performance de 7,6% à 8,7 milliards de DH. «Cette prévision tient compte d’une décélération de la croissance des dépôts et des crédits à la clientèle parallèlement à une hausse du coût du risque», souligne ATI. Mais aussi une contribution moins importante des filiales à l’international pour les banques les plus exposées, compte tenu d’une conjoncture internationale et régionale peu propice.
Cependant, une demande intérieure relativement forte, un levier positif de la bancarisation ainsi qu’une maîtrise des charges opérationnelles justifient les prévisions des analystes sur la bonne évolution future du secteur.
Représentant 72,2% du RNPG estimé pour l’année 2011 des banques cotées, Attijariwafa bank et le groupe BCP devraient réaliser des croissances respectives de 7,1 et 6,1% à 4,4 milliards et 1,9 milliard de DH. «Les deux groupes bancaires devraient continuer de bénéficier de l’effet volume enregistré au niveau des crédits à la clientèle, confortés par le développement croissant de leurs réseaux bancaires», soutient ATI.
Avec une contribution de 19,2%, le secteur des mines est le troisième contributeur à la croissance bénéficiaire globale du marché. Le secteur devrait afficher une croissance bénéficiaire élevée de 85%. A cet effet, la masse bénéficiaire du secteur passerait de 710 millions de DH à près de 1,3 milliard de DH sur la période 2010-2011.
A l’origine de cette performance, l’opérateur minier Managem et sa filiale d’argent SMI. D’ailleurs, les deux minières superforment sur la place casablancaise affichant ainsi les plus fortes hausses lors du premier semestre (cf. www.leconomiste.com édition du 01/08/2011).
Le groupe Managem devrait enregistrer une croissance de ses revenus de l’ordre de 22% avec un retour progressif à des niveaux de marge opérationnelle élevés, soit 27,5% en 2011. Pour sa part, SMI bénéficie des fondamentaux solides. La filiale argent devrait afficher en 2011 un chiffre d’affaires en hausse de 44,6% à 1,1 milliard de DH.

R. B.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc