×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Violences inédites en Angleterre

Par L'Economiste | Edition N°:3591 Le 09/08/2011 | Partager
35 policiers blessés à la suite d’émeutes dans la banlieue londonienne
La mort d’un homme de 29 ans, tué par la police, à l’origine des affrontements

Londres a été secouée ce week-end par une vague d’émeutes sans précédent. Dans un quartier multiethnique de la banlieue londonienne de Tottenham (au nord de la ville), des véhicules et des bâtiments ont été incendiés, des magasins pillés et 29 personnes blessées lors des pires incidents que la capitale britannique ait connus depuis des années. Cette violence fait suite au décès de Mark Duggan, un homme de 29 ans tué suite à une opération des forces de l’ordre contre la criminalité au sein de la communauté noire, d’origine jamaïcaine pour la plupart. Alors qu’une marche pacifique y était organisée samedi pour rendre hommage à ce père de famille, le quartier de Tottenham s’est transformé en terrain d’affrontements entre policiers et habitants. La police et une commission de contrôle indépendante ont ouvert une enquête pour tenter de déterminer les circonstances exactes de ce décès, alors que certaines informations de presse laissaient entendre que les forces de l’ordre avaient ouvert le feu sans avoir été attaquées. Ceci rappelle le caractère explosif des quartiers de la banlieue anglaise, accentué par un communautarisme ethnico-religieux qui rappelle les pires ghettos américains.
Au moins neuf membres des forces de l’ordre ont été blessés durant la nuit de dimanche à lundi et 35 au total au cours du week-end, selon la police locale. Des groupes de jeunes, parfois masqués ou armés de barres, ont harcelé les policiers, endommageant plusieurs de leurs véhicules, détruisant des devantures et pillant des magasins à Tottenham. A Walthamstow, Enfield, Islington (nord), Brixton (sud) et même à Oxford Circus, quartier huppé de Londres, les mêmes scènes se sont reproduites. Déployée en grand nombre, la police a procédé à plus d’une centaine de nouvelles arrestations. Déjà en 1985, le quartier de Tottenham a été le terrain de violents affrontements entre fauteurs de troubles et forces de police, qui avaient éclaté après une descente de police chez des particuliers, qui s’était soldée par le décès d’une femme de 49 ans. Lors des affrontements qui avaient suivi, un policier avait été tué à coups de machette. Ceci avait marqué le début d’une vague de violences sans précédent dans le pays. Mais cette nouvelle nuit d’incidents, à un an des Jeux olympiques de Londres, n’a toutefois pas atteint le même niveau qu’il y a 26 ans.

Amine EL HASSOUNI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc