×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Ramadan/Les plans restos pour les touristes
A Agadir aussi les hôtels sauvent la mise

Par L'Economiste | Edition N°:3591 Le 09/08/2011 | Partager
La majorité des restaurants fermés
Des réductions allant jusqu’à 70% dans les hôtels

Les restaurants du front de mer maintiennent leur activité tout au long du mois de Ramadan. Ils misent aussi sur l’animation musicale le soir pour drainer des clients et faire un peu de recette

Depuis le 31 juillet, la station balnéaire s’est beaucoup vidée de ses vacanciers. Lundi 1er août, Ramadan n’était pas encore là que beaucoup de restaurants dans divers quartiers de la ville avaient déjà baissé leurs rideaux. Difficile de fermer boutique quand le tourisme est, et restera, la colonne vertébrale de l’activité économique de la région.
Beaucoup de restaurateurs font le choix cependant de fermer durant le mois sacré. Certains, pour faire une pause, pour d’autres, c’est le moment de réaliser des travaux. Cette année, selon un professionnel du tourisme, la majorité des restaurants de la ville ferment durant le Ramadan. Il y a fort heureusement pour les touristes étrangers même s’ils ne sont pas très nombreux en ce moment dans la ville, des exceptions. En effet, sur le front de mer, le long de la corniche, les restaurants maintiennent leur activité la journée comme le soir. C’est le cas du «Café del mare» qui ne change rien à ses habitudes. Parmi les commerces ouverts également, le mythique café restaurant «Jour & Nuit» qui ne modifie rien dans son programme tout au long de la journée et propose des menus ftor le soir. De l’avis d’un hôtelier, ces restaurants du front de mer ne réalisent pas de grosses recettes durant la journée mais misent sur l’affluence des promeneurs le soir et sur l’animation musicale pour attirer des clients nocturnes.
Toujours dans le secteur balnéaire, le restaurant «Le César» maintient aussi son activité durant la journée et propose même un menu ftor. A la marina d’Agadir par contre, les restaurants «Le Quai» et «La Madrague» ne commencent leur service que le soir.
Plus loin que le secteur balnéaire dans les ruelles du quartier populaire Ennahda, où la majorité des lieux de restauration ont baissé le rideau momentanément pour cette période, le restaurant «Rosa Rosa» récemment implanté sur place, espère quelques touristes étrangers durant la journée. Selon Salah-Eddine Benhammane, président de l’Association régionale de l’industrie hôtelière, les touristes étrangers pourraient être estimés à 30% du nombre de visiteurs actuellement dans la station balnéaire. «Pour doper l’activité, tous les hôteliers jouent le jeu et ont mis en place des réductions allant jusqu’à 70% du tarif publique pour la clientèle nationale sans oublier des packages avec ftor et shor», indique-t-il.

Malika ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc