×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Tribune

Crise de la dette: n’en fait-on pas un peu trop?
Par Robert J. Shiller

Par L'Economiste | Edition N°:3590 Le 08/08/2011 | Partager

Robert J. Shiller est aujourd’hui la référence principale des critiques contre le système financier américain et la crise dans laquelle il est plongé. En effet, il est le père de la célèbre expression «l’exubérance irrationnelle», qui dit que les marchés boursiers n’obéissent pas seulement à des raisons économiques. En particulier, la hausse ou la baisse s’auto entretient, sans référence à la réalité de l’entreprise cotée. Ce phénomène porte le nom scientifique de «théorie de la rétro-action». Schiller enseigne à l’université de Yale aux USA et dirige un bureau d’études, Macro Securities Research LLC.
Dans la réédition de 2005, de son livre sur l’exubérance irrationnelle, Schiller avait annoncé la crise des subprimes, expliquant, que l’on ne pouvait pas raisonnablement fonder un marché sur la hausse constante et sans fin de l’immobilier. Il est le co-auteur, avec George Akerlof, de l’ouvrage Animal Spirits : How Human Psychology Drives the Economy and Why it Matters for Global Capitalism (Ph. Yale university)

/sites/default/files/p26b_2.jpg

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc