×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie Internationale

    Les Bourses mondiales s’affolent

    Par L'Economiste | Edition N°:3588 Le 04/08/2011 | Partager
    Hystérie et craintes de ralentissement aux Etats-Unis
    Les cours du pétrole dégringolent aussi

    Séance d’hier à la Bourse de Paris : les craintes sur les dettes espagnole et italienne ainsi que sur la croissance aux Etats-Unis fait perdre, à une demi-heure de l’ouverture, 39 points sur le contrat future sur indice Cac 40

    C’est l’hystérie sur les marchés boursiers du monde. Malgré l’accord entériné par le Sénat américain, la panique s’empare des capitaux. Les Bourses européennes et asiatiques continuent à creuser leurs pertes après une série noire de plusieurs journées dans le rouge. La tendance ne semble pas s’inverser et hier les Bourses occidentales accusaient leur plus forte baisse en 11 mois. Les indices internationaux se sont rétractés, le Stoxx 50 a perdu 4,75% sur une semaine, le Dow Jones 5,08%, le Nasdaq 6,01% et le Nikkei 4,56%.
    Selon une note émanant du bureau CM-CIC Securities «l’accélération baissière des marchés financiers reflète les dégâts sur la confiance et la croissance de l’attentisme politique de juin et juillet, aussi bien en Europe qu’aux Etats- Unis». Les marchés ne sont pas complètement rassurés. Dans la foulée, l’agence de notation Moody’s a confirmé la note «AAA» du pays, tout en l’assortissant d’une perspective «négative». En d’autres termes, la note des Etats-Unis pourrait être abaissée dans les douze à dix-huit prochains mois. Fitch juge que l’accord trouvé par Washington implique un risque de défaut «extrêmement faible» et est compatible avec une note triple «A». Quant à Standard & Poor’s, un de ses hauts responsables a affirmé que «le marché a dans une certaine mesure déjà comptabilisé le risque potentiel d’un déclassement américain». Le marché, après les médiocres indicateurs d’activité manufacturière et de consommation aux Etats-Unis, attend fébrilement les résultats de l’enquête ADP sur l’emploi américain qui sera publiée aujourd’hui. En Europe, l’Espagne et l’Italie sont désormais boudés par les investisseurs après une accalmie de quelques jours. Les taux ibérique et italien sont à nouveau repassés au-dessus de 6 %. Un seuil au-delà duquel débute l’emballement sur les rendements des obligations souveraines. Ce n’est pas la première fois que le seuil est franchi, mais il l’est de plus en plus régulièrement.
    Dans ce contexte, l’euro gagne 0,28% face au billet vert, à 1,4210 dollar. Sur le marché des matières premières, le baril de brut léger américain accuse une baisse de 0,75% à 93,09 dollars après avoir perdu près de 7% la semaine dernière. «A l’instar des marchés actions, les cours de pétrole poursuivent leur trend baissier: il s’agit de la plus longue période de baisse depuis le mois de mai», souligne Saxo Banque dans une lettre électronique. La multiplication des signaux négatifs outre-Atlantique pénalise le marché de l’or noir, les investisseurs s’inquiétant des conséquences sur la demande de la première économie mondiale.

    Karim SERRAJ

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc