×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Lesieur Cristal/Sofiproteol
    Un mariage pour relancer le business

    Par L'Economiste | Edition N°:3588 Le 04/08/2011 | Partager
    L’industriel marocain devrait bénéficier de l’expertise du français
    Intervention sur de nouveaux marchés, les sauces condimentaires par exemple
    Des opportunités dans la filière oléicole

    Avec les ambitions de son nouvel actionnaire de référence, Lesieur Cristal pourrait investir de nouveaux segments, par exemple, les sauces condimentaires

    Adossé depuis peu à Sofiproteol qui détient notamment Lesieur France, le leader marocain du marché des huiles peut de nouveau bomber le torse, après un exercice 2010 compliqué. Lesieur Cristal a vu rouge toute l’année 2010, sous l’effet de l’envolée des cours des matières premières, les intempéries en début d’année ou encore un changement d’habitude de consommation des ménages. Même si l’entreprise ne peut totalement s’immuniser contre la volatilité des cours des matières premières, l’arrivée de Sofiproteol dans le capital lui permettra de bénéficier de l’expertise du groupe industriel et financier de l’industrie oléagineuse en France. Surtout que l’ambition de Sofiproteol est de développer ses principales activités en France, en Europe ou dans le bassin méditerranéen. Pour Lesieur Cristal, cela se traduira donc par une diversification des métiers, de l’offre et le renforcement sur certains segments, notamment la filière oléicole. L’entreprise a renforcé ses ambitions sur ce segment en 2008 avec le lancement d’un projet de développement et d’intégration de la filière. Elle a ainsi valorisé deux plantations oléicoles à Marrakech et Meknès. A Marrakech, les premières récoltes sont attendues l’année prochaine. Lesieur investira également dans la trituration des olives. En outre, l’entreprise exploite une ferme de près de 630 hectares dans la province de Kelâat Sraghna. Elle mettra en place un programme d’agrégation qui portera sur pas moins de 2.000 hectares au profit des agriculteurs de la région.
    Le mémorandum passé entre Lesieur et l’Etat prévoit l’agrégation de 30.000 ha de superficie oléicole à réaliser dans les provinces de Tétouan, Larache, Sidi Kacem, Taounate, Fès, Taza. Le groupe entend s’implanter dans ces régions en tant que producteur. L’industriel aura sa propre ferme et entend mettre en place des unités industrielles et toute une mécanique de coopération avec les opérateurs locaux (cf. www.leconomiste.com du 23/09/2009).
    Globalement, les perspectives de développement de la filière oléicole sont assez importantes. Le Maroc produit actuellement 60.000 tonnes sur 2 millions de tonnes d’huile d’olive consommées dans le monde. D’ici 2014, l’objectif est de doubler la production pour atteindre 120.000 tonnes.
    Sur d’autres segments, Lesieur Cristal pourrait également investir le marché des sauces condimentaires. Ce segment a représenté 9% du chiffre d’affaires de Lesieur France en 2010, soit 61,6 millions d’euros (696 millions de DH).
    Issue de la fusion entre Lesieur Afrique, Unigral Cristal et la société d’exploitation des produits oléagineux, Lesieur Cristal ouvre un nouveau chapitre de son histoire. Dix ans après sa création, l’opérateur a pris le contrôle de la CMB qu’elle cèdera en 2009. Entre-temps, il participe à la constitution du tour de table de Cristal Tunisie où il détient 36% et co-actionnaire avec Lesieur. Les ambitions de son nouvel actionnaire de référence devraient lui permettre de jouer un rôle de premier plan sur le continent.
    «Une stratégie commune entre Lesieur et Lesieur Cristal permettra de développer les exportations et les implantations directes, commerciales et industrielles, dans le bassin méditerranéen et en Afrique», a indiqué Philippe Tillous-Borde, directeur général de Sofiproteol (cf. www.leconomiste.com du 25/07/2011).

    Un marché de 5 milliards de DH

    LE marché national des huiles de table (soja, tournesol, colza,…) est estimé à environ 5 milliards de DH en valeur et à 400.000 tonnes en volume. Plusieurs opérateurs nationaux et internationaux se partagent le gâteau, Lesieur Cristal en tête avec plus de 55% du volume des ventes. Le Groupe Belhassan avec plus de 25% et Savola avec 14% suivent loin derrière. Le marché de l’huile d’olive, quant à lui, est principalement animé par les opérateurs nationaux. Le Groupe Belhassan revendique 70% de part de marché suivi de Lesieur Cristal avec 14% et les établissements Simmo avec 7%.

    F. Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc