×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Tribune

Au-delà de la dette, les lourds problèmes irrésolus des Etats-Unis
Par J. Bradford DeLong

Par L'Economiste | Edition N°:3586 Le 02/08/2011 | Partager

J. Bradford DeLong, ancien sous-secrétaire au Trésor américain, est professeur d’économie à l’université de Berkley en Californie. Il est chercheur associé auprès du Bureau national de recherche économique (Ph. PS)

Écrire aujourd’hui sur la politique économique américaine n’est pas chose aisée. Nul ne peut dire si la bombe à retardement du relèvement du plafond de la dette est désamorcée ; si oui, par quel moyen. Et surtout, la solution est-elle durable ou pas ? Donc, au lieu de parler du plafond de la dette américaine, penchons-nous plutôt sur toutes les mesures que l’administration américaine n’a pu appliquer au cours de six derniers mois à cause de l’impasse sur la dette, toutes les mesures politiques utiles qui auraient pu être débattues et mises en œuvre et qui ne l’ont pas été. Les risques posés par le changement climatique, par exemple, n’ont pas disparu. Le plus tôt le monde commencera à se préparer à affronter ces menaces sera le mieux. Six mois de plus ne doivent pas être perdus.
Le rapport emploi-population aux États-Unis reste faible – enlisé dans le très faible taux auquel il est tombé pendant la récession. Alors que les ménages tentent désespérément de rééquilibrer leur bilan, et que les investissements sont étonnamment florissants, les seuls postes capables d’encourager les dépenses de façon à rétablir le taux d’utilisation des capacités et de résorber le chômage à des niveaux normaux sont les exportations, les achats gouvernementaux et les investissements dans la construction.

Délabrement général

Mais les occasions pour appliquer les politiques nécessaires n’ont pas été saisies. Dans ce cas aussi, six mois supplémentaires ne devraient pas être perdus.
Les Etats-Unis auraient également dû jouer leur rôle habituel de chef d’orchestre de l’économie mondiale. Ils ne l’ont pourtant pas fait, alors même que l’Union européenne continue à réagir de manière inadéquate à sa propre crise de solvabilité. Les gouvernants du nord de l’Europe continue à administrer une aide au compte-goutte, largement insuffisante. Six mois de plus ont été perdus. Les Etats-Unis sont confrontés à des problèmes tant à court terme qu’à long terme : des infrastructures qui se délabrent, des systèmes éducatifs qui se délitent, et un système de santé dysfonctionnel qui fournit des soins inférieurs aux normes, au double du prix de tout autre pays industrialisé. Régler ne serait-ce qu’un seul de ces trois problèmes aurait beaucoup fait pour résoudre le déséquilibre de financement à long terme existant entre les taux d’imposition actuels et les promesses de longue date concernant la protection sociale, un déséquilibre avec lequel les instigateurs du débat sur le plafond de la dette voudraient soi-disant en finir. Mais le gouvernement américain n’en fera rien. Les six derniers mois, qui auraient pu être consacrés à encourager le potentiel de croissance à long terme de l’économie américaine au moyen d’investissements dans les infrastructures, d’une réforme du système éducatif et d’une refonte du financement du système de santé – allégeant ce faisant le déficit à long terme des Etats-Unis et les dilemmes liés à la dette – ont été perdus. Il devient toutefois de plus en plus évident que le problème n’est pas celui des seuls Etats-Unis, mais également celui du reste du monde. Depuis le 7 décembre 1941, le monde a pu en grande partie compter sur la gouvernance mondiale d’une superpuissance plus ou moins compétente. Ces Etats-Unis-là ont peut-être disparu pour toujours. Si c’est le cas, le monde devra mettre sur pied d’autres institutions pour assurer la gestion du monde – et le plus rapidement possible.

Copyright: Project Syndicate, 2011.
www.project-syndicate.org
Traduit de l’anglais par Julia Gallin

 

                                                                                                                                                                                  

    

  Le temps «mangé par les sauterelles»

Peu avant la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill s’était plaint devant le Parlement «des années perdues mangées par les sauterelles» - la période durant laquelle une action aurait pu être menée pour faire face à la plus grande crise du moment (l’émergence du fascisme continental), mais ne l’a pas été. Au cours du siècle dernier – à l’exception notable de la Grande Dépression – le système politique américain a montré une aptitude certaine à prévoir les crises bien avant qu’elles ne se concrétisent, ou tout au moins à prendre les mesures nécessaires une fois qu’elles avaient éclaté. Mais en ce début du troisième millénaire, les Etats-Unis ont, jusqu’à présent, perdu cette capacité – ou cette bonne étoile.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc