×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Régions

Autoroute Fès-Oujda
Quel impact pour les deux régions

Par L'Economiste | Edition N°:3586 Le 02/08/2011 | Partager
Tourisme, industrie, artisanat…les secteurs visés
La station Saïdia désenclavée

Le nouvel axe autoroutier Fès-Oujda va permettre une meilleure accessibilité aux communes qu’il traverse. Et, partant, une plus grande attractivité pour les investissements à même de faire de cette partie du Royaume un véritable hub économique entre le nord, l’est et le sud du pays (Ph. MAP)

L’autoroute Fès-Oujda, ouverte tout récemment à la circulation, permet une véritable connexion des grands pôles économiques du Royaume. Il s’agit d’une importante ouverture de la capitale spirituelle sur l’Oriental et d’un grand chantier stratégique de développement de Fès.
Pour Mehdi Belkhayat, textilien à Fès, grâce à ce réseau autoroutier, le transport des marchandises vers l’Europe pourrait également se faire via l’Oriental. Aussi, c’est une grande ouverture sur le marché maghrébin. Notons que cet axe reliera, en principe dès l’ouverture des frontières avec l’Algérie, la Mauritanie à la Libye. En effet, l’autoroute Fès-Oujda facilitera les déplacements des biens et des personnes entre les principales capitales du Maghreb arabe. «Les territoires desservis bénéficient de conditions d’accessibilité et de mobilité sûres, fiables et confortables», comme l’ont confirmé les responsables d’Autoroutes du Maroc.
Economiquement, le rapprochement entre les régions de Fès-Boulemane et de l’Oriental se fait désormais facilement et le potentiel de croissance augmente. L’axe Fès-Oujda favorisera bien sûr l’essor économique et touristique de la capitale de l’Oriental, mais aussi de toutes les régions qu’il traverse (Sefrou, Ras Tabouda, Oued Amlil, Taza, M’Soun, Saka, Guercif, Taourirt, El Aioun et Berkane).
Si l’accès rapide à l’Oriental constitue également un facteur crucial pour le développement, notamment touristique, de cette région, dont la richesse du patrimoine historique et la diversité des paysages en font l’une des plus belles du Royaume, l’activité de la ville de Fès en bénéficiera aussi. Les commerçants de la médina espèrent l’ouverture des frontières avec l’Algérie. Ils disent qu’il y a un grand potentiel à l’export, surtout pour les produits de l’artisanat. L’on se rappelle encore de la forte demande algérienne sur les djellabas et les babouches les années 1980.
Pour l’Oriental, l’un des obstacles majeurs à la commercialisation de la station touristique Saidia semble aujourd’hui surmonté. La région n’est plus aussi enclavée qu’elle l’était avant l’entrée en service, il y a quelques mois, de la nouvelle aérogare et, depuis lundi dernier, de l’autoroute. Maintenant le grand challenge auquel devra faire face la station pilote du plan Azur, c’est le remplissage. Le défi étant d’occuper la totalité des lits hôteliers et résidentiels et augmenter le taux d’occupation de la station. Le nouvel axe autoroutier encouragera le déplacement de touristes nationaux notamment en provenance de Fès, Casablanca, et Rabat. A partir de la capitale, le trajet peut, désormais, être couvert en 4 h 30 min au lieu de 7 h 30min. Cette autoroute encouragera aussi la commercialisation de la future station Marechica à Nador, l’agropole de Berkane, et la technopole d’Oujda.
Signalons enfin, que les travaux de cette autoroute ont été subdivisés en 12 tronçons, lancés simultanément. Certains ont été réalisés par des groupements d’entreprises marocaines. Cette nouvelle voie de communication longue de 320 km a nécessité un investissement de 10,8 milliards de DH. «C’est l’ultime maillon de l’ambitieux programme du premier schéma d’armature autoroutière portant sur 1.417 km», souligne Karim Ghellab, ministre de l’Equipement et du Transport.


De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc