×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

Capital-investissement: La Méditerranée attire toujours

Par L'Economiste | Edition N°:3586 Le 02/08/2011 | Partager
23 fonds en cours de création
Faible impact du «printemps arabe»

L’évolution du nombre de fonds créés, des montants levés et surtout investis doit beaucoup à un contexte international quelque peu chahuté qui a profité à la Méditerranée

Le capital-investissement continue de se développer dans la région MED(1). Après le ralentissement de 2009, les investisseurs ont rapidement réinvesti le terrain avec près de 56 nouveaux fonds lancés en 2010. C’est ce que précise un rapport de l’observatoire MedFunds soutenu par le projet Invest in Med. En dépit des révolutions arabes, 2011 s’annoncerait également propice, avec 23 fonds en cours de création. La région MED renforce donc son attractivité, avec plus de 120 nouveaux fonds créés depuis 2008 et une diversification de l’origine des investisseurs, selon le rapport.
En termes de pays d’investissement, Israël reste largement en tête des destinations méditerranéennes privilégiées avec 243 fonds et 23 milliards de dollars qui lui sont consacrés depuis 1990. L’attractivité de la Turquie ne cesse de se confirmer. Elle devient de plus en plus la cible d’opérations de grande envergure. Les autres pays de la région (Egypte, Maroc et Tunisie en tête) continuent leur progression. Ils attirent de plus en plus de capitaux étrangers et se positionnent comme de nouveaux investisseurs.
Selon EMPEA (l’Association du capital-investissement dans les marchés émergents), 16% des investisseurs sur Mena (et 19% sur la Turquie) souhaitaient en janvier-février 2011 accroître leur exposition à cette région et 7% (9% sur la Turquie) commençaient à y investir. Seuls 7% des investisseurs sur Mena (et 3% sur la Turquie) souhaitaient y diminuer leurs projets, voire se retirer. Les inquiétudes des investisseurs portent sur les difficultés à trouver des gestionnaires de fonds compétents, la petite taille des deals et, comme on pouvait l’imaginer, le risque politique régional. Si les investisseurs font toujours la part belle au capital-développement et transmission, les investissements en amont sont en relative croissance. Selon l’observatoire ANIMA-MedFunds, le capital-investissement aurait en effet créé près de 330.000 emplois directs et apporté environ 20 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel supplémentaire sur les 15 dernières années. Depuis 1990, les pays MED ont réussi à lever près de 60 milliards de dollars et à financer par ce biais près de 5.000 entreprises.
A ce jour, près de 309 sociétés de gestion se sont intéressées à la région et y sont intervenues par l’intermédiaire de 534 fonds, dont 311 encore en activité.

Fatim-Zahra TOHRY

-------------------------------------------------------------------------

(1) Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Syrie, Tunisie, Autorité palestinienne (Palestine) et Turquie.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc