×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Europe

    Le drame d’Oslo réveille Bruxelles

    Par L'Economiste | Edition N°:3585 Le 01/08/2011 | Partager

    C’ÉTAIT le drame de trop pour l’Europe…Les attentats terroristes, qui ont touché la Norvège il y a de cela une semaine, ont instauré un climat de peur et de panique dans tout le continent. Surtout que l’auteur de ces actes n’est pas un «extrémiste islamiste» (l’éternel bouc émissaire des médias occidentaux), mais un citoyen norvégien «de souche», inspiré par l’idéologie fondamentaliste de l’extrême-droite européenne. Malgré le fait que la Norvège ne fait pas partie de l’UE, ce drame a alerté la Commission européenne, qui a décidé de se pencher sérieusement sur la question de surveillance de ces groupuscules extrémistes.
    Bruxelles va ainsi créer un réseau d’échange d’information pour surveiller la croissance de la radicalisation des discours sur Internet. Jeudi 28 juillet, dans la capitale belge, une réunion d’urgence du groupe d’experts européens de lutte antiterroriste a été menée pour un échange d’informations et d’opinions. La Commission européenne avait également proposé en septembre 2010 l’instauration d’un contrôle plus stricte des sites Internet mettant en vente des produits potentiellement utilisables dans la fabrication de bombes (comme les engrais agricoles, dont le terroriste norvégien aurait fait usage). Chose qui n’a pas vraiment connu de suite concrète, étant donné la réticence des Etats membres à fournir les données personnelles de leurs internautes.
    Par ailleurs, l’UE veut instaurer un filtrage des contenus incitant à la violence et à la haine, étant donné la facilité de créer un site Web. C’est politiquement aussi que la Commission européenne doit opérer. L’émergence de formations d’extrême-droite est en effet une des principales causes de la montée de la xénophobie, notamment de l’islamophobie en Europe. Protégés par la Constitution de leurs pays respectifs, ces partis politiques ne sont pas inquiétés sur le plan juridique car ils prennent bien soin de ne pas prôner ouvertement un discours raciste et xénophobe.

    Amine EL HASSOUNI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc