×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Marocains du Monde
Les médecins tendent la perche au Maroc
De notre envoyée spéciale à Paris, Fatima El Ouafi

Par L'Economiste | Edition N°:3562 Le 29/06/2011 | Partager
Ils proposent leurs compétences au service de la Santé publique
Ils viennent de constituer leur réseau
L’Ordre des médecins marocains interpellé

Selon les statistiques consulaires, il y aurait à l’étranger près de 8.000 compétences marocaines dans le monde médical contre 15.000 au Maroc. Un potentiel à ne pas ignorer d’autant plus que beaucoup se sont manifestés, samedi dernier à Paris, pour se mettre au service de leur pays d’origine

Participer au développement du secteur de la santé au Maroc, c’est l’objectif affiché par le Réseau des médecins marocains du monde (MMM), créé samedi dernier à Paris. Plus de 200 généralistes et spécialistes, opérant en Europe (France, Espagne, Allemagne, Belgique, Pays-Bas… ), aux Etats-Unis et au Canada , se sont retrouvés à la Maison du Maroc, pour définir des pistes de travail. Au rendez-vous également, une délégation du ministère chargée de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, menée par le ministre Mohamed Ameur, ainsi que le Conseil national de l’Ordre national des médecins, représenté par son président, Moulay Tahar Alaoui.
L’idée de la création de ce réseau revient aux docteurs Khalid Djeriri et Abdelaziz Amar, membres fondateurs de l’Association médicale d’aide au développement entre l’Auvergne et le Maroc (Amdam). Ces derniers ont constaté qu’il existe à travers le monde un grand nombre de médecins d’origine marocaine disposé à mettre leurs compétences au service des populations ayant difficilement accès aux soins.
Beaucoup d’entre eux organisent depuis plusieurs années des missions médicales dans différentes régions du Royaume. Aujourd’hui, il s’agit de fédérer toutes les initiatives des associations de professionnels du domaine médical, de mutualiser les moyens en créant un réseau pour plus d’efficacité. L’expérience bénéficie naturellement d’un accueil favorable côté marocain et s’inscrit justement dans la stratégie de mobilisation des compétences marocaines à l’étranger lancée par le Maroc. «Cette expérience est la première du genre. Jusqu’à présent, les réseaux mis en place sont des réseaux géographiques et le réseau MMM est thématique. L’initiative est à applaudir», a déclaré le ministre Ameur. L’originalité de ce réseau thématique est la mise en place d’actions pérennes au bénéfice du secteur de la santé publique. L’idée, en effet, est d’aller au-delà des missions ponctuelles et des simples caravanes humanitaires, en mettant en place une stratégie sur le long terme.
Ainsi, la question de l’inscription à l’Ordre national des médecins marocains a été soulevée à plusieurs reprises par les participants qui ont interpellé, dans ce sens, le président de l’Ordre. «Cela nous permettrait de mener des opérations de longue durée notamment dans les régions en manque de spécialistes», explique Abdelaziz Amar. «La question n’est pas d’actualité, d’autant plus que la loi ne permet pas à un médecin de s’inscrire dans deux ordres», répond, catégorique Moulay Tahar Alaoui. Pas satisfaits de cette réponse, beaucoup promettent de revenir à la charge. «Les lois peuvent évoluer et si l’on autorise un joueur de foot à exercer dans son pays d’accueil et en équipe nationale, pourquoi pas nous», lance un médecin. Les médecins marocains du monde tendent donc la perche. Selon les statistiques consulaires, il y aurait près de 8.000 compétences à travers le monde contre environ 15.000 au Maroc. Un potentiel inestimable dont le Maroc doit savoir tirer parti. D’autant plus que la santé publique souffre d’un manque chronique en spécialistes, après la désastreuse opération de départs volontaires qui a vidé le secteur de ces forces vives.


Mobilisation


Le Maroc a mis en place une stratégie de mobilisation des compétences à l’étranger. Pilotée par le ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, elle s’étale sur la période 2009-2015. Cette stratégie vise à identifier les besoins nationaux pour mieux organiser l’offre des compétences expatriées. « Le but est de mettre en place un dispositif partenarial opérationnel pour les intégrer à l’effort de développement», affirme le ministre Mohamed Ameur.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc