×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

High-tech
Un levier supplémentaire pour les entreprises

Par L'Economiste | Edition N°:3562 Le 29/06/2011 | Partager
Emy Capital investit trois sociétés marocaines
Elle veut constituer un portefeuille de 10 entreprises d’ici 2014
Seules les sociétés opérant dans les TI sont éligibles

«Notre contribution n’est pas uniquement financière. Les entreprises attendent de nous un apport fort en termes de stratégie, de vision technologique et de marketing», relève Yahya El Mir, patron d’Emy Capital

EMY Capital démarre ses acquisitions au Maroc. La société de capital développement française vient d’entrer dans le capital de trois entreprises marocaines. Il s’agit notamment de la filiale marocaine de l’éditeur américain Sybase. Celui-ci intervient notamment dans la mise en place de solutions d’infrastructures d’entreprise et de mobilité. Les inventions de Sybase sont utilisées dans les domaines de la finance, des télécommunications, de la santé ou encore la défense.
Masarat Technology, société spécialisée dans les applications post PC (tablettes tactiles, Smartphones) et Al Shore, développeur offshore spécialisé dans les technologies open source, ont également ouvert leur capital à Emy Capital.
Créé par Yahya El Mir, le fonds a vocation à investir dans les sociétés high-tech. «Les entreprises sont choisies en fonction de leur positionnement sur des niches technologiques de pointe et un potentiel de développement fort dans les 3 ans», souligne-t-il. L’objectif affiché est de constituer un portefeuille de 10 entreprises marocaines ou dirigées par des Marocains dans les trois prochaines années. Selon El Mir, l’apport de sa société ne va pas se limiter seulement au financement de l’entreprise. D’où la volonté de tenir jusqu’à 50% du capital des sociétés investies. «Notre contribution n’est pas uniquement financière. Les entreprises attendent de nous un apport fort en termes de stratégie, de vision technologique et de marketing», relève El Mir.
Il peut s’appuyer sur l’expérience accumulée à la tête du groupe Sqli entre 2002 et 2010. Sqli est considéré comme le leader français des sociétés de services spécialisées dans les technologies et usages internet innovants. Il a lancé un projet à Oujda qui emploie aujourd’hui plus de 120 personnes sur un campus technologique de 6.000 m². L’idée est de faire de l’Oriental une région innovante. Le groupe dispose également de deux agences à Casablanca et à Rabat.
Emy Capital intervient dans un secteur qui bénéficie peu de la faveur des investisseurs en capital. Les montants dédiés à l’innovation sont presque insignifiants. Seulement deux fonds d’investissement interviennent dans l’innovation, pour une taille de 150 millions de DH ensemble.

F.Fa

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc