×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Focus

Grand Casablance/Investissements
Plus de 6.000 ha pour des zones d’activités

Par L'Economiste | Edition N°:3562 Le 29/06/2011 | Partager
Les premières: Marina, Nouaceur, Oulad Hadda, Oulad Saleh, Krota et Anfa
Les anciennes devraient être restructurées d’ici 2020

OÙ accueillir les entreprises et les unités industrielles? 6.142 ha de parcs d’activités devraient répondre à la demande économique du Grand Casablanca à l’horizon 2030. Dans son schéma directeur d’aménagement urbain (SDAU), l’Agence urbaine de Casablanca a prévu l’aménagement de plusieurs zones d’activités économiques (ZAE) à Casablanca (900 ha), Mohammedia- Mansouria (1.659 ha), Nouaceur (2.414) et Médiouna (1.168 ha).
Le foncier, bien qu’il soit déjà réservé, devrait répondre aux besoins des zones d’activités modernes, notamment l’existence d’infrastructures, de services de proximité et d’un bassin d’emplois proche. L’objectif de la réalisation de ces ZAE est de combler le manque en parcs réservés aux activités économiques et de répondre ainsi aux attentes des opérateurs.
Déclinée en quatre phases, l’étude relative à l’aménagement de ces zones déterminera avec précision les besoins et les disponibilités du foncier, l’organisation territoriale, les segments économiques visés, le nombre d’emplois attendus et les relations avec les infrastructures de transport et les quartiers d’habitation. La définition des nouvelles ZAE devrait être cohérente avec les transformations urbaines projetées dans le cadre du SDAU. A ce jour, les deux premières étapes de l’étude sont déjà franchies. Un diagnostic détaillé de l’offre et de la demande en matière de ZAE a été établi. Ce qui a permis de croiser ensuite les données obtenues.
Financé à hauteur de plus de 5,5 millions de DH par le conseil de région, le plan prospectif «Casablanca business parc 2030», tel qu’il a été baptisé, en est aujourd’hui à sa troisième étape (un million de DH). Cette phase porte sur des choix stratégiques, à savoir le dimensionnement, la localisation et les caractéristiques de ces nouvelles zones. La dernière étape de l’étude concernera des procédures fonctionnelles et nécessitera également près d’un million de DH.
Parallèlement à cette étude, la réalisation de quatre zones d’activités économiques a déjà été lancée. Outre le projet de Marina de Casablanca, considéré comme une ZAE, il est prévu d’aménager un parc à Nouaceur sur une superficie de 120 ha relevant des Domaines et de l’Agence de logements et d’équipements militaires (ALEM). Le projet est en cours de développement par la filiale de la CDG Développement, MedZ. Aussi, une zone industrielle est prévue à Oulad Hadda sur un terrain privé de 850 ha. Bien que les montages juridique et financier de ce projet soient toujours en cours d’élaboration, plusieurs demandes d’implantation dans cette zone ont déjà reçu des avis favorables. Elles sont, à ce jour, chiffrées à 13 pour un montant d’investissement de 2 milliards de DH. A Oulad Saleh, un terrain de 32 ha est destiné à abriter un parc industriel d’une capacité d’accueil de 150 entreprises. Le projet, dont l’investissement global est estimé à 177 millions de DH, est mené par la Chambre française de commerce et d’industrie (14 millions de DH) et des opérateurs de taille (MedZ, BMCE Bank, Sanad, BMCI, SGMB, CDM et BCP) constituant la société en charge de la gestion et de l’exploitation du site (126 millions de DH). Deux autres zones d’activités économiques sont en cours d’étude. Il s’agit d’un parc qui sera érigé à Krota (aux environs de Bouskoura) sur une superficie de 160 ha. La deuxième ZAE concerne la nouvelle zone d’Anfa (80 ha) qui sera développée par la CDG.
Pour ce qui est des anciennes zones d’activités économiques, elles devraient être restructurées d’ici 2020, selon les prévisions du SDAU.


Un site web pour les investisseurs


UN site web (www.casainvest.ma) est mis à la disposition des investisseurs intéressés par la région du Grand Casablanca. Un système de prise de rendez-vous en ligne a permis une meilleure organisation et une réduction du temps d’attente.
En 2010, le site a enregistré 130.000 visiteurs, dont 25.000 originaires de 154 pays, notamment de France, des Etats-Unis, d’Espagne, d’Algérie, de Belgique, d’Arabie saoudite et du Royaume-Uni. Au total, 430.000 pages ont été consultées. Chaque visiteur passe un temps moyen estimé à 4 minutes 12 secondes sur le site.


Bouchra SABIB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc