×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Saleh continue de semer la discorde entre Yéménites

Par L'Economiste | Edition N°:3549 Le 10/06/2011 | Partager
La menace Al-Qaïda s’intensifie
Les frappes américaines s’accentuent

Les Etats-Unis ont intensifié leurs frappes cette semaine au Yémen. La menace Al-Qaïda plane sur un pays désormais en proie au chaos. L’initiative américaine bénéficie de l’appui des chefs de l’opposition (Ph. AFP)

LES frappes américaines s’intensifient au Yémen. Empêcher l’organisation terroriste de prendre le pouvoir est devenu la priorité de Washington dans la région. Les autorités américaines, citées par le New-York Times, expliquent vouloir éviter l’emprise de l’organisation terroriste sur un pays plongé dans le chaos.
Sur le dossier du Yémen, les Etats-Unis se retrouvent dans une situation diplomatique délicate. L’usage de la force dans un pays allié est pour le moins compliqué et problématique. En effet, des militants d’Al-Qaïda se sont mêlés aux groupes protestataires pour chasser le gouvernement Saleh du pouvoir. La limite de l’ingérence est donc infime, dans un Etat où le gouvernement est en pleine crise de légitimité. Mercredi, Michael Mullen, un haut gradé américain, a prévenu que le «chaos» au Yémen soutenait une emprise d’Al-Qaïda dans la région. Le numéro deux du réseau terroriste, Ayman Zawahiri, a appelé les Yéménites à la poursuite de la révolte pour établir «un régime qui appliquera la charia. Mardi, le ministère de la Défense yéménite avait annoncé que trente «membres d’Al-Qaïda» avaient été tués lors d’un assaut de l’armée contre Zinjibar, ville aux mains d’insurgés soupçonnés d’être liés à Al-Qaïda.
Par sécurité, les diplomates américains ont rencontré l’opposition yéménite afin de plaider la poursuite des opérations aériennes. Jeudi dernier, 10 membres du réseau terroriste et trois militaires ont été tués dans les combats qui ont sévi dans la province d’Abyane (Sud).
Le président Ali Abdallah Saleh avait autorisé en 2009 l’intervention de missions américaines sur le sol yéménite avant de se les approprier. Les Etats-Unis avaient depuis un an cessé toute opération militaire dans le pays, au moment où des informations erronées avait été à l’origine de la mort de civils.
Pour l’heure, la contestation yéménite ne faiblit pas. Partisans et adversaires du président Ali Abdallah Saleh se préparaient à une journée de mobilisation ce vendredi. L’annonce de l’amélioration de son état de santé divise davantage les Yéménites. Blessé vendredi dernier dans un bombardement du palais présidentiel à Sanaa, Saleh est «sorti des soins intensifs et a été transféré dans une suite royale» de l’hôpital militaire de Ryad après «le succès de l’opération chirurgicale», a rapporté l’agence officielle yéménite, Saba. Les sympathisants du régime Saleh ont annoncé vouloir fêter l’amélioration de l’état de santé du président honni par la majorité des yéménites, lors d’une marche programmée vendredi à Sanaâ, sous le slogan «Fidélité à Saleh».
De leur côté, les opposants ne se réjouissent pas de la nouvelle et comptent poursuivre la pression jusqu’à la chute du régime. La journée du vendredi risque d’être le théâtre de violents affrontements entre pro et anti Saleh. Sans oublier la menace Al-Qaïda qui récupère aujourd’hui le mouvement contestataire.


Houda SIKAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc