×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Rabat/Stationnement: La fin des sabots

Par L'Economiste | Edition N°:3549 Le 10/06/2011 | Partager
Retard dans la mise en place d’un système de remplacement
Le dossier devrait être tranché par les élus lundi prochain

Fin du sabot à Rabat depuis avril dernier. Une bonne nouvelle pour les automobilistes qui n’ont cessé de contester le fondement juridique de cet «outil» utilisé comme moyen de pénalisation des usagers contrevenants. Mesure qui s’est automatiquement répercutée sur les recettes de la société Rabat Parking qui ont baissé de près de 80% dans certaines zones, selon une source proche du dossier.
Cela est dû au retard de la mise en place d’un nouveau système de gestion des verbalisations au lieu du sabot. Après donc la décision de mettre fin au sabot, le Conseil de la ville a adopté à l’unanimité le cahier des charges relatif à la gestion du stationnement dans la capitale. Pour que ce dernier soit officiel, il fallait l’envoyer au ministère de l’Intérieur pour approbation conformément à la loi. Après examen, ce dernier a formulé des remarques touchant notamment l’aspect juridique de certains articles. Ces remarques devraient être validées par le Conseil de la ville, lundi prochain lors de la session extraordinaire ouverte mardi dernier. Parmi les points clés du cahier des charges on peut retenir deux. Premièrement, c’est que le système de gestion du stationnement horaire par horodateur ne sera plus limité à l’arrondissement de Hassan, mais sera étendu aussi à certains quartiers dont Agdal et Hay Ryad.
Le second point, porte sur la nouvelle procédure de verbalisation qui va remplacer le sabot. Le montant de l’amende a été ramené à 30 DH au lieu de 40 DH. Un PV sera donc dressé par les agents de la police administrative de la commune. Ces derniers doivent d’abord aviser l’automobiliste et lui accorder 5 minutes pour récupérer son ticket. En outre, «une certaine souplesse est adoptée pour le payement des contraventions», indique-t-on. Le règlement peut se faire dans les différents horodateurs de la ville sans une échéance précise. Mais en cas de récidive et sans l’acquittement des 30 DH, objet du premier PV on passe aux choses sérieuses. Un deuxième PV est établi et les services de police conduisent la voiture vers une fourrière de relais située proche de la zone.
Pour récupérer son véhicule, le contrevenant doit alors régler 60 DH pour les deux amendes. A cela s’ajoutent 120 DH de frais d’acheminement du véhicule et 20 DH pour la fourrière. Après l’acquitement, le numéro d’immatriculation du véhicule concerné est effacé de la base de données du système de contrôle de la société.

 

Capital


La majorité du capital de la société Rabat Parking, «société de développement local», soit 51%, est détenue actuellement par le Conseil de la ville. Le reste revient à la Compagnie générale des parkings (CG Park), filiale de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG-développement) qui a racheté en septembre dernier les parts des deux anciens actionnaires espagnoles. Le coût de l’acquisition avoisine une trentaine de millions de DH. A noter que CG Park assure aussi la gestion de deux grands parkings souterrains au niveau de la capitale. L’un situé à Hay Ryad et l’autre en face du siège de la CDG à Hassan.


Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc