×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Europe

Schengen
La candidature Bulgarie/ Roumanie validée

Par L'Economiste | Edition N°:3549 Le 10/06/2011 | Partager
Le Parlement européen donne un accord de principe
Le Conseil de l’Europe devrait néanmoins entériner la décision

Si l’élargissement de l’Union européenne semble être bien accepté par les pays fondateurs, celui de l’espace Schengen lui, est à l’origine de nombreux remous. L’adhésion des 9 Etats des Balkans n’est toujours pas bien accepté

Feu vert pour la Bulgarie et la Roumanie. Le Parlement européen a validé, mercredi, l’adhésion de ces deux nouveaux Etats de l’UE à l’espace Schengen. Le rapport d’évaluation a conclu que toutes les conditions nécessaires étaient remplies.
Les députés européens ont expressément demandé, par amendement, aux Etats candidats d’informer officiellement le Parlement européen et le Conseil, dans un délai de six mois suivant l’entrée en vigueur de la décision d’intégration. Un point d’orgue demeure, le flux migratoire. Les députés européens ont souhaité avoir plus de précisions sur les mesures spécifiques à prendre dans la zone Bulgarie-Turquie-Grèce.
L’immigration clandestine a fait de cette région l’une des zones frontalières les plus sensibles de l’Union. Cela impliquerait donc des efforts supplémentaires de la Bulgarie, notamment un plan d’action spécialement mis en œuvre et une approche commune avec la Grèce et la Turquie. Sur ce point les députés européens sont intransigeants. Le risque d’une hausse de la pression migratoire reste élevé.
C’est d’ailleurs pour cette même raison que la France et l’Allemagne avaient, en décembre dernier, menacé de bloquer l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l’espace Schengen. Les deux pays fondateurs de l’UE avaient jugé prématuré l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans la zone de libre-échange en mars 2011. Autres raisons à cette réticence: les carences que ces deux candidats présentent en matière de lutte anticorruption et anticriminalité organisée. Des critères qui selon la France et l’Allemagne ne sont, à ce jour, pas remplis. Les prochaines étapes du processus d’adhésion seront déterminantes, voire même cruciales. Elles auront pour objectif de convaincre les pays récalcitrants. Les textes européens prévoient, en effet, l’unanimité des voix pour toute adhésion à l’espace Schengen.
Les autorités européennes auront donc pour mission de vérifier la capacité des nouveaux membres à remplir toutes les exigences de Schengen. Avec entre autres conditions, le contrôle des frontières terrestres, maritimes et aériennes, la délivrance de visas, la coopération policière, la volonté d’utiliser le système d’information Schengen ainsi que la protection des données. Ces conditions restent nécessaires à la validation par le Conseil de l’Europe, après consultation du Parlement, de la décision d’abolir les contrôles aux frontières avec la Bulgarie et la Roumanie.
L’espace Schengen qui comprenait treize Etats-membres de l’UE (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal et Suède plus deux Etats non membres (Norvège et Islande) avait déjà accueilli les pays des Balkans fin 2007. Cette adhésion suscite aujourd’hui encore débats houleux. En mai dernier, Bruxelles avait proposé une nouvelle mesure permettant de réinstaurer temporairement l’obligation de visas pour des pays qui en sont exemptés. La France et les Pays-Bas étaient à l’origine du projet.
Houda SIKAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc