×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Alerte sur la dette américaine

Par L'Economiste | Edition N°:3549 Le 10/06/2011 | Partager
Fitch menace d’enlever la triple A
L’Etat fédéral acculé à relever le plafond d’endettement

MÊME les Etats-Unis ne sont pas à l’abri! Après Moody’s, c’est au tour de Fitch de sonner l’alarme sur la dette américaine. L’agence de notation financière menace de dégrader la note souveraine et a mis en garde le Congrès et la Maison Blanche qui ne progressent pas dans leurs négociations en vue d’un vote relevant avant le 2 août le plafond d’endettement de l’Etat fédéral. Fitch considère que les Etats-Unis ne mériteraient plus la notation «AAA», un rating réservé aux emprunteurs de meilleur standing. Il suffirait donc que le Trésor américain ne puisse payer les 25 milliards de dollars d’intérêts sur des obligations dus le 15 août, pour que l’infaillibilité de la première puissance mondiale soit remise en question. La note du pays passerait alors de «AAA» à «B+» avec implication négative.
Le Trésor américain a réagi en déclarant que Fitch avait adressé un «avertissement sans frais» au Congrès afin qu’il prononce rapidement un relèvement du plafond de la dette, lequel est actuellement de 14.300 milliards de dollars. La Maison Blanche a réagi dans le même sens, en précisant que la décision de Fitch montre qu’il n’y a pas d’alternative à un relèvement du plafond de la dette. Depuis le mois dernier, le Trésor a recours à des manoeuvres comptables conservatoires entre divers fonds qu’il gère, de manière à rester en dessous de ce plafond.
Moody’s avait déjà dit qu’elle envisagerait de réduire la note des USA si le Congrès n’avait pas progressé d’ici la mi-juillet sur les questions du déficit budgétaire et de l’endettement. L’agence Fitch, elle, pense qu’un accord sera en définitive conclu au Congrès pour relever ce plafond et éviter tout défaut.
Pour le moment, Barack Obama n’a pas mis sur la table de proposition détaillée de réduction de dépenses publiques. La négociation est menée par Joe Biden, le vice-président américain.
L’écartement des taux d’endettement publics a provoqué un fort écartement des taux d’intérêt à long terme des différents pays de la zone euro, selon une récente étude de Natixis.
Les taux d’endettement publics sont les plus élevés en 2011 en Italie, en Belgique, en Grèce, au Portugal, en Irlande. Les plus bas sont en Espagne (mais il augmente rapidement), en Autriche, aux Pays-Bas, en Finlande. A noter que les pays où les taux d’intérêt à long terme sont les plus élevés sont la Grèce, le Portugal, l’Irlande et l’Espagne. C’est en l’Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche, en Finlande, et en France… où les taux sont les plus bas.

F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc