×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

3.688 km avec un litre d’essence..., c’est possible! - De notre envoyée spéciale à Berlin, Zineb SATORI

Par L'Economiste | Edition N°:3543 Le 02/06/2011 | Partager
Le record au Shell Eco-marathon, du 26 au 28 mai
Deux équipes marocaines primées
Berlin, une ville aux différents styles architecturaux

A 10.000 pieds d’altitude, il est 14h35, ce mercredi 25 mai, lors de la descente de l’Airbus A320 d’Air France reliant Paris à Berlin, quand les premières vues de celle qui a été nommée par l’Unesco «ville de design» européenne, font leur apparition, tel un joyau au cœur d’un écrin de verdure.
De plus près, après le débarquement des 168 passagers du vaisseau aérien, c’est l’effervescence totale. L’aéroport de Berlin, jalonné de magasins luxueux, donne un aperçu de la capitale mondiale de la mode : marques hors de prix, cafés et restaurants chics… Dans un brouhaha mélodieux d’allemand, d’anglais, d’espagnol et de chinois, les passagers arrivent et repartent, dans une organisation associée à une discipline de fer.

A vos marques, prêt…Shell Eco-marathon

Ces deux principes sont sans nul doute les mots d’ordre de la vie allemande et plus particulièrement berlinoise. Sur le chemin vers Lausitz, quelque 190 km sont parcourus en empruntant «l’autobahn» de 8 voies, à numéros pairs. 100, 120 ou 130 km/h, les tronçons sont à vitesses variables, mais sur 75% du réseau autoroutier, aucune limitation! Des Porches, Audi et Mercedès roulent telles des étoiles filantes.
Mais ce ne sont pas ces bolides légendaires que nous sommes venus admirer.
Si l’on a parcouru les 2.700 km jusqu’à l’une des anciennes conquêtes de Charlemagne, c’est bien pour le Shell Eco-marathon à proximité de Lausitz et ses 183 équipes de 24 pays différents en compétition. Construire et tester des véhicules pour déterminer lequel peut parcourir la plus grande distance avec le moins d’énergie ou de carburant est l’objectif de cette manifestation. Elle s’inscrit dans la recherche de solutions visant à relever les défis actuels et futurs sur le transport et l’énergie. Les étudiants contribuent, de ce fait, à l’avenir des technologies relatives à l’efficacité du carburant, ainsi qu’une expérience pratique, qui viendra compléter leur cursus académique.
Sur la rive opposée à la Pologne, à proximité de Dresden, le village de «Lusace», le pittoresque et l’authenticité priment. Maisons d’antan, mamies portant des paniers en osier, épiceries traditionnelles, la bourgade de 150.000 habitants respire le charme et la grâce. A quelques kilomètres de là, se trouve l’EuroSpeedway, le complexe dédié au sport automobile où se déroule la compétition.
Jeudi 26 mai, à l’arrivée à l’Euro-Speedway, il est 8h45. Tel un essaim d’abeilles, plus de 3.000 participants, organisateurs, journalistes, s’agitent dans tous les sens. Les équipes s’animent autour de leurs prototypes depuis quelques heures déjà. La joie et la bonne humeur règnent en maître dans ce site d’une ancienne mine à ciel ouvert des années 90.
Des tentes d’un blanc immaculé réparties en trois rangées les unes près des autres, sont «les quartiers généraux» des équipes. Une ambiance bon enfant frappe lors de la visite. Musique, costumes, tableaux, gâteaux, mascottes… ornent les devantures, chaque participant cherchant à se faire remarquer. Un prix de convivialité et de voisinage étant également décerné en marge du marathon.
De l’autre côté, les équipes se pressent pour passer le contrôle technique (vérification des standards de sécurité, du moteur, des ceintures de sécurité...), condition nécessaire pour accéder au circuit. Les formes et les couleurs «des voiturettes» diffèrent, les stratégies aussi. «Il faut jongler avec les accélérations et la force du vent», entend-on au loin. Au fil des heures, les équipes ayant passé les tests avec succès s’élancent.
Sur 25 km et au maximum en 51 minutes, plusieurs Prototypes et Urban Concepts (les deux catégories de voitures en compétition: moteurs à combustion interne et voitures électriques) s’affrontent.
Parcourir le maximum de kilomètres avec seulement un litre d’essence, difficile à imaginer…Et pourtant! (ndlr: l’an dernier, le record a été de 4.896,1 kilomètres). Le marathon bat son plein, les premières équipes se qualifient pour la suite, mais il est 18h30, et pour nous, il est déjà l’heure de repartir départ vers Berlin… 3h30 plus tard, nous y sommes.

De retour à la capitale
allemande

A 7h00, le lendemain vendredi 27 mai, le petit déjeuner servi est digne d’un festin de mariage. Plats chauds ou froids, café, lait, chocolat, jus de fruits, céréales, yaourt, brötchen (pain au cumin, au sésame, tartiné de beurre), bretzels au fromage, omelette ou œufs à la coque, petits pains fourrés de charcuterie allemande, poissons crus, viandes, fromages... la liste est aussi exhaustive que longue. Le mélange des goûts et des saveurs ravit les convives.
Pourtant, pas le temps de s’attarder à table, nous disposons de 14 heures pour visiter la ville réunifiée ou en grande partie. Le départ se fait du «Tiergarten». Ce secteur de Berlin recoupe à la fois le quartier des universités, du parlement, du gouvernement, de la diplomatie et le plus vaste et populaire parc de la ville. Hissés sur le toit d’un bus, «le cycle tour de Berlin», les monuments défilent les uns plus impressionnants que les autres.
Du passé, il n’a pas été question de faire table rase, bien au contraire. Le cachet original a été mis en valeur: pierre orangée ou grisée, la diversité de styles architecturaux, liée à l’histoire tourmentée de la ville, est grande. La division de la ville de 1961 à 1989 a également contribué à dessiner le paysage urbain, créant un contraste entre sa partie Ouest et sa partie Est.
Sur le chemin, le Rotes Rathaus de Berlin, littéralement la Mairie Rouge, est le siège du Sénat de Berlin et l’administration municipale de la ville. Plus loin, nous apercevons la Siegessäule de Berlin ou la colonne de la Victoire, qui est encore, de nos jours, un de ces monuments berlinois qui s’est réinventé à travers les âges. «Le Bundestag», construit dans un style néo-renaissance, entre 1884 et 1894 par l’architecte allemand Paul Wallot, est le siège du Parlement de la République fédérale allemande. Déjà, au loin les contours du «Château de Charlottenburg» se dessinent. De 2004 à 2006, il a été la résidence officielle de la présidence d’Allemagne. Plus grand palais de Berlin, commandé en 1695 par la reine Sophie-Charlotte, il a souvent été assimilé à la huitième merveille du monde. Et ce, malgré les endommagements dont il a été victime lors de la Deuxième Guerre mondiale que 21 années de reconstruction ont fait disparaître.
Une des dernières escales de la visite est le Checkpoint Charlie. Ce fut le poste frontière le plus connu à l’époque de la guerre froide. Un imposant écriteau (Vous quittez le secteur américain) s’y dresse: il pouvait se lire comme un avertissement sévère à ceux qui s’apprêtaient à s’aventurer au-delà du mur. Jusqu’à la chute du Mur de Berlin le 9 novembre 1989, il marquait la frontière entre l’Ouest et l’Est, le capitalisme et le communisme, la liberté et la captivité. Et déjà cette expérience humaine unique et le voyage touche à sa fin, le retour à Casablanca est imminent, loin de cet excès de faste et de simplicité!

 

 

La 27e édition en chiffres…

Deux nouveaux records établis dans les catégories Prototype Solaire et Hydrogène ont marqué la classe Electric-mobility. L’équipe mecc-Sun de l’école Polytechnique de Milan a conçu un véhicule fonctionnant à l’énergie solaire capable de parcourir 1.108 kilomètres pour seulement 1 kWh d’énergie. Les vainqueurs de la catégorie des voitures à combustion interne, l’équipe française Microjoule de la Joliverie, ont réussi à parcourir 3.688,2 kilomètres avec seulement 1 litre de carburant grâce à leur Prototype Essence. Chaque année, un prix récompense aussi le véhicule émettant le moins de CO2. Cette année, un nouveau record a été établi par l’équipe allemande proTRon qui a repoussé les limites de la conduite propre en passant en dessous des 2g/km (1,972 g/km) dans la catégorie Concept Urbain. Les vainqueurs de la catégorie Prototype, Tera Tugraz, ont construit une voiture émettant 0,545 g/km.

 

Shell Eco-marathon 2012

L’année prochaine, le Shell Eco-marathon aura lieu aux Pays-Bas. Après trois ans à l’EuroSpeedway de Lausitz en Allemagne, la compétition se déplacera à Rotterdam. Ce changement de lieu s’inscrit dans la nature internationale de l’événement, en l’amenant périodiquement à de nouveaux spectateurs et pays hôtes. «Cet événement est une vitrine de la créativité et persévérance de la nouvelle génération d’ingénieurs», souligne Mohammed Raihani, président- directeur général de Shell du Maroc. Il explique «les proportions équilibrées de chaque catégorie témoignent du grand intérêt aussi bien pour repousser les limites de l’efficacité énergétique que pour la création de véhicules électriques et à combustion qui préfigurent la conception des voitures commerciales de demain».

                                                                                                                                                                                            

 

Distinction marocaine!

L’Ecole Mohammadia des ingénieurs, titulaire du numéro 81, dont c’est la 3e participation, a été éliminée lors de l’édition 2010 à cause d’un problème technique. Forte de cette expérience, «cette année toutes les précautions ont été minutieusement étudiées», souligne Ahmed Réda Keniz, team leader de l’équipe. Ils ont vraisemblablement mis toutes les chances de leurs côtés: tenues traditionnelles et gâteaux marocains sont de la fête. Ils ambitionnent ainsi de remporter le Friendly Ship (le prix du meilleur participant hôte). «Notre stratégie se base sur une vitesse moyenne de 30 km/h et un arrêt de moteur pour une moindre consommation», explique Réda Keniz. Avec leur voiture de 56 kilos en fibre de verre, ils ont fini 51e au classement. Ayant le même objectif, L’Ecole nationale des sciences appliquées de Tétouan (Ensa), dont c’est la première participation, a travaillé pendant près de 8 mois sur un prototype en forme de goutte d’eau. «C’est la forme la plus aérodynamique», explique Réda Firdaoussi, membre de l’équipe de l’Ensa. Il poursuit: « Avec l’aide de la wilaya de Tétouan, c’est plus de 100.000 dirhams qui ont été récoltés pour donner vie au projet».
D’autres membres de l’équipe renchérissent: «la partie mécanique a été la plus dure à réaliser; nous sommes déjà très fiers d’être là, nous espérons en plus de remporter un prix», concluent-ils en chœur. La participation de la Faculté des sciences techniques de Settat (FSTS) s’inscrit dans une initiative para-universitaire. «L’objectif de cette première participation est de pérenniser le projet», affirme Abdelwahed Echchatbi, professeur de la Fst et encadrant de l’équipe des 12 élèves de licence participant à la compétition.
D’autres équipes participantes ont dû gérer d’autres problèmes. «Suite au contrôle technique, notre voiture est au-delà du poids maximum autorisé de 205 kilos», affirme Mehdi, responsable de l’équipe de l’Ensa d’Agadir. Outils mécaniques à la main, ils essayaient d’alléger la voiture en retirant des morceaux de la coque jugée trop épaisse. Il faut rappeler que deux écoles marocaines ont réussi à se faufiler dans les 68 équipes ayant réalisé les 8 tours en 51 minutes. Celle de l’Ecole Mohammadia des ingénieurs qui avec 1 litre d’essence a fini 51e du classement en parcourant 419 km. L’équipe de l’Ecole nationale de l’industrie minérale quant à elle a fini 57e du classement avec 257 km. Les deux équipes participaient dans la catégorie des véhicules à combustion interne.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc