×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Santé

Parkinson: Environ 30.000 cas au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:3543 Le 02/06/2011 | Partager
Quelque 4.000 nouveaux cas déclarés chaque année
Nouveau traitement bientôt disponible sur le marché national

La maladie de Parkinson est peu connue au Maroc. En raison de l’augmentation de l’espérance de vie et le vieillissement de la population, cette maladie neuro-dégénérative sera de plus en plus fréquente, selon les spécialistes. La recherche dans ce domaine laisse entrevoir des espoirs de traitements. (Ph. privée)

La maladie de Parkinson est peu connue au Maroc. « Mais en raison de l’augmentation de l’espérance de vie et le vieillissement de la population, cette maladie neuro-dégénerative sera de plus en plus fréquente», souligne le Pr Mostafa El Alaoui Faris du service de neurologie A, Hôpital des spécialités-Rabat.
Selon les estimations épidémiologiques, environ 30.000 personnes seraient atteintes de la maladie de Parkinson, avec environ 4.000 nouveaux cas déclarés chaque année.
Appelée également paralysie agitante, cette maladie est une pathologie neurologique qui touche environ 1 à 2% de la population de plus de 50 ans. Elle est due à la dégénérescence des cellules nerveuses d’une zone située dans les noyaux gris centraux du cerveau (la substance noire). Elle se caractérise habituellement par un tremblement, une lenteur des mouvements et une contracture musculaire.
A l’échelle mondiale, la maladie est diagnostiquée chez plus de 300.000 personnes chaque année. Il semble que l’incidence soit plus élevée chez la population blanche que chez la population noire. La maladie touche plus souvent les personnes âgées de 55 ans et plus. Les médecins estiment qu’à 65 ans, une personne sur 100 serait atteinte, et 2 personnes sur 100 à un âge supérieur à 70 ans. Les hommes sont plus souvent atteints par la maladie que les femmes, pour des raisons non connues actuellement, de l’avis des spécialistes. Une personne dont l’un des parents est atteint de la maladie de Parkinson présente un risque plus élevé d’être elle-même atteinte de la maladie.
La recherche dans ce domaine laisse entrevoir des espoirs de traitements.
Un nouveau traitement très attendu au Maroc et disponible en Europe depuis de nombreuses années sera bientôt mis sur le marché national : il s’agit du Stalevo* qui est la combinaison de 3 molécules : la L-dopa, la Carbidopa et l’Entacapone. Il faudrait aussi une rééducation fonctionnelle (kinésithérapie) à tous les stades de la maladie outre un soutien psychologue. La création d’une Association Maroc Parkinson permettrait de mettre en place des réseaux de soutien dans les différentes villes du Royaume. Autre point important, la nécessité d’une prise en charge pluridisciplinaire de cette maladie chronique. Ce travail peut-être optimisé dans des unités du mouvement anormal et de la maladie de Parkinson au sein des services de neurologies des CHU du Maroc.
F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc