×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Dette intérieure: Le Maroc vend son expérience

Par L'Economiste | Edition N°:3543 Le 02/06/2011 | Partager
En première ligne les notations souveraines
De nouvelles stratégies de financement des Trésors publics

«Actuellement, nous disposons d’un marché de la dette intérieure efficient et efficace. Il est la principale source de financement du Trésor», déclare Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances lors du lancement à Rabat, de la 2e conférence annuelle sur le développement des marchés domestiques de la dette des économies émergentes (GEMLOC). Une première au Maroc, cette conférence est coprésidée par le vice-président de la Banque mondiale, chargé du développement des secteurs privé et financier, Janamitra Devan. Elle permet, entre autres, le partage d’expériences entre les différents pays émergents en la matière ainsi qu’une rétrospective des potentialités de l’économie marocaine aux investisseurs institutionnels.
L’objet de la rencontre, comme souligné par le ministre des Finances, est d’apporter des éclairages sur des questions par rapport à la dette publique. Notamment, la recherche d’éventuelles nouvelles stratégies de financement des Trésors publics. Les souscriptions sur le marché des adjudications ont atteint au terme du premier trimestre près de 26,4 milliards de DH contre 31,9 milliards de DH en 2010, soit une baisse de 5,5 milliards de DH. Cette nouvelle politique est toutefois caractérisée par le retour aux maturités longues, ainsi qu’au recours à une gestion fine de la trésorerie. Par maturité, ces souscriptions se répartissent à hauteur de 56% pour le court terme, 27% pour le long terme et 17% pour le moyen terme. Dans ces conditions, l'encours de la dette intérieure du Trésor s'est établi au terme du premier trimestre à 303,2 milliards de DH contre 291,3 milliards de DH à fin 2010.
Le Maroc figure parmi les 34 économies de pays émergents inclus dans le programme de la Banque mondiale. De par ses réformes, le pays ambitionne de revoir son positionnement au sein de l’économie mondiale et prétend au statut de hub régional. «La reconnaissance de la communauté financière internationale est légitime», affirme Mezouar. En effet, l’attribution de la note «Investment grade» par l’agence de notation Standard&Poors et la confirmation de la même note par Fitch Ratings, confirment la confiance des investisseurs internationaux dans les potentialités de l’économie marocaine.
R. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc