×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Evénement

Maroc-Algérie : La spéculation a déjà marqué des buts

Par L'Economiste | Edition N°:3543 Le 02/06/2011 | Partager
Plus de tickets en vente aux guichets, annonce la Fédération
Le noir multiplie le prix par 10

Si vous vouliez assister au prochain match du Maroc contre l’Algérie comptant pour la 4e journée des qualifications à la CAN-2012 qui se déroulera au nouveau stade de Marrakech samedi prochain, il est peut-être déjà trop tard. Un communiqué de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) vient en effet d’annoncer que les billets d’entrée au stade ont été épuisés, à l’exception de ceux réservés aux Marocains résidant à l’étranger. Pourtant, la mise en vente des tickets n’a commencé que dimanche dernier.
En deux jours seulement, les billets se sont vendus comme des petits pains dans les différentes villes du Royaume. A Marrakech, ville d’accueil, le seul guichet de vente mobilisé au matin de l’ouverture des ventes (Stade El Harti) a rapidement débordé à cause de la forte affluence. Des rumeurs faisant état de vente de carnets complets commençaient déjà à circuler attisant la colère de ceux qui étaient dans la file d’attente. Les échauffourées ont nécessité l’intervention des forces de police, qui ont ordonné la fermeture du guichet pendant la journée. A la réouverture le soir, un plafond de 3 tickets par client a été adopté pour limiter les «achats spéculations» et cinq guichets ont été mobilisés. Cette décision n’a pas pour autant contenu les débordements. Pour limiter les dégâts, l’ordre de déplacer les points de vente vers le nouveau stade (à l’extérieur de la ville) a été donné, obligeant ainsi près de 6.000 personnes à faire le déplacement. Mais une fois sur place… même spectacle.
Résultat: la foule est en effervescence et des cris de colère. «Certains supporters se sont même faufilés à l’intérieur du stade et ont opté pour la casse pour exprimer leur mécontentement, perturbant par la même occasion les entraînements de l’équipe nationale», affirme Khalil Benabdellah, président de la Sonarges. Selon toute vraisemblance, il s’agit là des conséquences d’une mauvaise gestion de la billetterie.
La Fédération royale marocaine de football a en effet ouvert 18 points de vente sur l’ensemble des régions du Maroc avec des quotas de tickets plus ou moins équitables. Or, l’affluence à Marrakech, Casablanca ou encore Rabat n’est pas la même qu’à Agadir ou Tanger. Selon la page Facebook officielle de Moncef Belkhayat, ministre des Sports, cela partait d’une bonne intention «la Fédération a tenu à vendre les billets dans toutes les grandes villes du Maroc et à un prix très réduit de 30D H pour que le maximum de supporters soit satisfait».
Pourtant, il semblerait que ce soit le phénomène contraire qui s’est produit. Selon des sources proches du dossier «en vendant les tickets à un prix très bas, la démarche a surtout profité au marché noir qui s’amuse maintenant à revendre ces mêmes tickets à 300 DH et ceux de 150 DH à 1.000 DH». Une version «grandeur nature» du sport-business si chère au ministre de la Jeunesse et des Sports.
A. N.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc