×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Fès: Sept milliards de DH pour des projets structurants

Par L'Economiste | Edition N°:3533 Le 19/05/2011 | Partager
Tourisme, artisanat, culture... les priorités
Une zone franche et un parc industriel de 450 ha

Le tourisme et l’artisanat connaissent actuellement la réalisation de plusieurs projets structurants. Le premier, dans le cadre du PDRT, reçoit des investissements public et privé, en ville-nouvelle comme dans la médina. Ici, la construction de nouvelles portes est vivement appréciée. Sur l’image, la porte R’cif qui a été fraîchement bâtie

«LE budget de la ville se chiffrait à 120 millions de DH en 2000. Aujourd’hui, il s’élève à près de 600 millions de DH. Et nous avons programmé des projets avec un investissement de près de 2 milliards de DH, dont la moitié est affectée aux infrastructures et aux équipements publics». L’affirmation est de Hamid Chabat, président du Conseil de la ville de Fès. En effet, des projets d’envergure sont en train de voir le jour. Ils renforceront, à n’en point douter, les équipements de base et de loisirs
Concernant la culture, Fès est sur le projet d’un grand complexe culturel d’un investissement de près de 500 millions de DH, celui-ci s’étendra sur une superficie de 20 hectares. Les élus ont débloqué les premiers fonds relatifs à ce chantier lors de la dernière session du mois d’avril du Conseil de la ville. Toujours dans le domaine culturel, le programme de mise à niveau et d’extension de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès (USMBAF) est lancé. D’un investissement de l’ordre de 463 millions de DH, ce programme fait partie du Plan d’urgence 2009-2012 pour la réforme du système d’éducation et de formation. Il vise la création de deux pôles universitaires équilibrés (Agdal et Saïss) de 26.000 étudiants chacun, la mise à niveau des structures d’accueil et le remplacement des bâtiments en préfabriqué. «Nous lancerons incessamment la construction d’une ville universitaire à Aïn Chegag, sur une superficie de 100 ha», confie Farissi Serghini, président de l’USMBAF. Les responsables de la ville se penchent actuellement sur un autre projet d’envergure. Il s’agit de l’Université euroméditerranéenne qui sera implantée à Fès. Ce projet a été approuvé par les ministres des Affaires étrangères des 43 pays de l’Union pour la Méditerranée (UPM).
Qui dit formation, dit aussi emploi. Le secteur industriel connaitra également un développement significatif. Outre la mise à niveau des zones industrielles existantes, les opérateurs font tout pour «décrocher» leur zone franche. «Celle-ci sera installée dans le futur P2I, qui s’étendra sur plus de 450 ha à Ras El Ma».
Parallèlement à cela, Fès entre dans la phase finale de l’achèvement des travaux de mise à niveau urbaine. La réfection des routes, l’aménagement des espaces verts et l’éclairage public... sont prioritaires. La priorité est donnée également au secteur du tourisme et de l’artisanat. Le premier, dans le cadre du Plan de développement régional touristique (PDRT), reçoit des investissements publics et privés, que ce soit en ville-nouvelle comme dans la médina (portes historiques, triangle d’or, réhabilitation…), de l’ordre de plus 3 milliards de DH. «La commercialisation de la zone touristique d’Oued Fès est prévue en juin prochain», a indiqué Mohamed Rharrabi, le wali de la région Fès-Boulemane. Ce dernier appuie aussi le secteur de l’artisanat, auquel l’Etat consacre des fonds de plus de 1,3 milliard de DH. Le but est de rehausser le niveau de vie de plus de 53.000 artisans.


Projet de zoo


LE domaine de l’environnement ne sera pas négligé. En effet, la commune a lancé l’aménagement d’un jardin botanique au quartier Oued Fès qui s’avèrera un véritable poumon de la ville. Celui-ci sera doté de plusieurs plantations, arbres et cours d’eau. Un lac artificiel figure également au programme et sera aménagé à côté d’un parc d’oiseaux. A terme, la ville construira un zoo qui pourra regrouper plusieurs espèces.


De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc