×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

7.000 ha de champs irrigués d’eaux usées

Par L'Economiste | Edition N°:2870 Le 29/09/2008 | Partager

. Sur 72 stations de traitement, seule la moitié est opérationnelle. Le programme Medaware achevéSCANDALEUX! A la périphérie de plusieurs villes du Maroc, des agriculteurs, faisant fi de la loi, utilisent des motopompes mobiles pour irriguer leurs champs à partir du canal des eaux usées. Ainsi, ce sont 7.000 ha de champs cultivés autour de centres urbains qui sont irrigués d’eaux usées non traitées. La loi est claire sur la question: en cas de flagrant délit, les agriculteurs fautifs sont arrêtés par les éléments de la gendarmerie et leur motopompe confisquée. Et ils sont passibles de poursuites judiciaires. Selon Omar Assobhei, professeur à l’université Chouaib Doukkali d’El Jadida et coordonnateur local du programme Medaware, «le risque sanitaire de cette pratique dépend du type de culture. S’il s’agit de salades ou de légumes consommés crus, il y a danger pour la santé humaine. Dans le cas de l’arboriculture ou des cultures de céréales, de fourrages..., il n’y a pas de risque», explique-t-il. Medaware, projet financé par l’Union européenne, a été justement mis en place au Maroc pour remédier à la situation. Initié en 2003, il est arrivé maintenant à terme. Ce programme, qui s’est étalé sur cinq ans, consiste en le développement de systèmes urbains de traitement des eaux usées et leur réutilisation à des fins agricoles.A ce titre, il convient de signaler qu’au Maroc, à fin 2005, à peine la moitié des 72 stations de traitement d’eaux usées existantes est opérationnelle. Conséquence: sur les 600 millions de m3 d’eaux usées annuelles, moins de 8% sont traitées, soit environ 45 millions de m3. 5 ans après le démarrage du programme Medaware, Assobhei exprime sa satisfaction. «Nous avons mis au point un outil d’aide à la prise de décision, le logiciel multicritères, qui permet de choisir les bonnes technologies pour traiter et réutiliser les eaux usées», déclare-t-il. Le logiciel en question est libre de droit et peut être utilisé par les techniciens supérieurs des collectivités locales via le site Internet du programme. Assobhei précise que les frais d’études à eux seuls correspondent à 30% du budget de construction d’une station de traitement des eaux usées. «Grâce à ce logiciel, les collectivités locales peuvent déjà économiser une bonne partie des frais de construction d’une unité de traitement des eaux usées», affirme-t-il.


Unité pilote

CONSÉQUENCE directe du projet Medaware, le programme Morocomp, au niveau de la station expérimentale de Khmis Zmamra. Il s’agit d’une unité pilote au Maroc, financée par l’UE via le programme «Life-pays tiers». Elle consiste en la conception et la mise en place d’une station de traitement efficace des boues des stations d’épuration et des déchets organiques biodégradables au Maroc. La période de financement (7 millions de DH) de ce projet s’est terminée en juillet, mais le projet en lui-même continue encore jusqu’en 2013. Medaware a également permis l’initiation du projet Ralbi. Il s’agit de la construction d’une station pilote innovante pour le traitement biologique des eaux usées des petites collectivités locales au Maroc. Ce projet est financé par l’Académie Hassan II des sciences et techniques du Maroc à hauteur de 2,3 millions de DH.Hassan EL ARIF

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc