×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Zarqaoui déclare la guerre aux élections

Par L'Economiste | Edition N°:1944 Le 25/01/2005 | Partager

. Un attentat à la voiture piégée a visé le siège du parti AllaouiUne voiture piégée a visé lundi 24 janvier le siège du parti du Premier ministre irakien Iyad Allaoui à Bagdad au lendemain d’un message de l’islamiste Abou Moussab Al-Zarqaoui déclarant “une guerre farouche” aux élections en Irak dimanche prochain. Selon un premier bilan de source hospitalière, dix personnes ont été blessées dans cet attentat qui s’est produit au même endroit où, le 3 janvier, une voiture piégée avait tué quatre personnes dans un attentat revendiqué par le groupe Ansar Al-Sunna, lié au réseau terroriste Al-Qaïda. Dans un enregistrement audio mis en ligne dimanche qui lui est attribué, Zarqaoui, l’homme le plus recherché en Irak, affirme que les élections sont “un piège abominable, destiné à assurer aux Rafidha (appellation péjorative des chiites) le contrôle des rouages du pouvoir” dans ce pays. “Nous avons déclaré une guerre farouche à ce processus ignoble, qui constitue une grande farce américaine”, a-t-il dit. Zarqaoui, dont la tête a été mise à prix par les Etats-Unis pour 25 millions de dollars, rejette totalement le processus démocratique prévu en Irak, contraire, selon lui, à la charia, la loi islamique. Il qualifie d’“hérésie” le principe du “pouvoir du peuple par le peuple”. Le groupe de Zarqaoui est responsable de nombreux attentats meurtriers en Irak. Il a annoncé dimanche sur un site internet avoir tué Salem Jaafar Al-Kanani, membre du parti du Premier ministre irakien chiite Iyad Allaoui et candidat aux élections. Le gouvernement irakien redoute la multiplication des actes de violences durant et après les scrutins de dimanche. Il a annoncé des mesures de sécurité draconiennes pour assurer un bon déroulement de ces élections, les premières multipartites depuis plus d’un demi-siècle en Irak.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc