×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Une stratégie pour «sauver» les diplômés du chômage

Par L'Economiste | Edition N°:1971 Le 04/03/2005 | Partager

. Un paquet de mesures sera annoncé aux assises de l’emploiLes assises de l’emploi, prévues pour fin avril, seront l’occasion pour le gouvernement de décliner sa politique en matière d’emploi. L’attention sera surtout concentrée sur les diplômés chômeurs. Le taux de chômage des personnes diplômées est de 26,8% en 2004, soit plus du double de la moyenne nationale (11,8%). C’est un paradoxe du marché de l’emploi au Maroc. La difficulté de trouver du travail augmente avec le diplôme, du fait de la forte proportion du chômage frictionnel (inadaptation de la demande à l’offre). Aucune thérapie «miracle» ne sera proposée, mais une batterie de mesures qui pourraient favoriser l’emploi des jeunes diplômés. Le Premier ministre a fixé le cadre général. Deux commissions viennent d’être constituées avec pour mission d’arrêter les critères et les conditions de mise en place. Elles tiendront une première réunion la semaine prochaine. Dans le secteur public, le recrutement s’effectuera sur concours. Les 7.000 postes budgétaires prévus dans la loi de Finances n’y échapperont pas. Depuis quelques années, le recrutement des bac+6 ou 7 s’effectuait sur dossier uniquement. Le concours aura le mérite d’intégrer plus de transparence dans le processus. L’administration, tout en s’allégeant (par les départs volontaires) cherche à se doter de bons profils. Mais pour que les «pistons» ne prennent pas le dessus sur le jeu de la sélection, il est nécessaire de mettre en place des garde-fous. L’insertion dans le secteur privé est également au menu. De nouvelles mesures d’incitation sont attendues. La vieille formule de la formation-insertion est maintenue. Les entreprises qui accueillent des stagiaires pendant 18 mois sont exemptes des charges sociales. Et si le stagiaire est retenu par l’entreprise, le législateur lui offre une carotte supplémentaire en prolongeant cette exonération d’une année. Le gouvernement compte aussi mettre en place des mesures d’accompagnement et de recyclage. Des bourses d’études et de formation seront accordées aux diplômés chômeurs pour des périodes allant de 2 à 3 ans. Seule condition: la formation doit porter sur des cycles porteurs d’emploi. Au niveau de la formation professionnelle, la recette de la formation par compétence a été réactivée. Objectif: tenir compte des réalités du marché du travail. Des enquêtes sont effectuées dans certains secteurs d’activité tels que le tourisme ou encore le textile et les technologies de l’information pour identifier les besoins réels, avant de lancer les cycles de formation. Le but étant de mettre la formation au service de l’emploi. Cette démarche ne sera pas cantonnée à la formation professionnelle uniquement, mais pourrait être généralisée à d’autres branches de l’enseignement.


Le «vide» de l’intermédiation

Les premières assises de l’emploi, organisées en décembre 1998, avaient donné lieu à plusieurs recommandations. C’est le cas de la création d’une agence d’intermédiation. Celle-ci a effectivement vu le jour. Mais sa crédibilité a été mise en jeu par l’affaire Annajat. Les demandeurs d’emploi ne sont pas nombreux à transiter par cette structure. Quant à l’assurance chômage, le projet est pour l’instant «congelé».Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc