×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Une station d’épuration pour le Grand Agadir

Par L'Economiste | Edition N°:2083 Le 10/08/2005 | Partager

. Les eaux traitées réutilisées pour l’arrosage des golfs . La station de M’Zar aura une capacité de 10.000 m3/jour L’arrosage des espaces verts et des golfs de la capitale du Souss ne devrait plus souffrir de la rareté de la ressource en eau qui caractérise la région. La station d’épuration aménagée par la Régie autonome multiservices d’Agadir (RAMSA) à M’Zar, a désormais une capacité de traitement secondaire de 10.000 m3/jour. Une quantité qui pourra être réutilisée pour répondre aux besoins des espaces verts du Grand Agadir, une fois la pose des canalisations achevée pour relier la station aux golfs de la destination. D’autres espaces verts et zones devraient profiter de ce débit. Une étude financée par la Banque européenne d’investissement (BEI) est en cours pour définir les sites à couvrir. Selon les représentants de la Ramsa, cet ouvrage doté d’un système de dépuration EPI (filtration-percolation sur lit de sable) est le premier du genre au Maroc et de par sa capacité de traitement la plus importante à l’échelle mondiale. A noter que l’ensemble de cette opération s’inscrit dans le cadre du grand chantier de l’assainissement liquide du Grand Agadir, qui a démarré en 1998. Le montant des travaux de la première tranche cofinancée par la Ramsa, la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Agence française de développement (AFD) s’est élevé à 500 millions de DH. La deuxième tranche, qui sera finalisée à l’horizon 2010, nécessitera une enveloppe de 750 millions de DH. En attendant, la Ramsa s’attelle à finaliser d’ici fin 2005 la tranche d’urgence de l’opération d’assainissement du Grand Agadir. La Régie investira une enveloppe de 240 millions de DH cette année dans cet objectif. Parmi les derniers travaux en cours de cette première tranche, figure l’aménagement de l’émissaire sud en mer. Développement de la villeUn chantier qui est réalisé par un groupement d’entreprises franco-marocain, la Somagec et Géocéan, pour un montant de 89 millions de DH. Auparavant, des kilomètres d’ouvrages de collecte, des stations de relevage et des installations d’épuration primaire ont été mis en place. Ceci sans oublier la réalisation d’ouvrages de traitement secondaire. C’est un projet important, en raison du développement socioéconomique de la ville, et notamment des investissements touristiques qui y sont programmés. Son impact sur le développement durable de la région et la solution qu’il apporte à la problématique de l’eau, ont encouragé l’Agence française de développement (AFD) à offrir une enveloppe de 500.000 euros (plus de 5 millions de DH) au profit de l’opération. Le montant contribuera au financement des études de faisabilité technique et financière ainsi que d’impact de la deuxième tranche du projet. Dans le cadre de la préparation de cette deuxième phase du chantier d’assainissement, l’aspect environnemental de la zone, notamment sa dépollution, sera également étudié. Les communes d’Aourir et Anza sont notamment ciblées. La démarche, qui nécessitera une enveloppe de 14 millions de DH, est subventionnée par la Banque européenne d’investissement.De notre correspondante,Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc