×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

UE/ Maroc: Des fonds pour la promotion des droits de l’homme

Par L'Economiste | Edition N°:1947 Le 28/01/2005 | Partager

. Une enveloppe de 11 millions de DH réservée à la société civile. Sont concernés les ONG, les établissements d’enseignement supérieur et les médiasLa Commission européenne a changé cette année sa vision vis-à-vis du Maroc en matière des droits de l’homme et de la démocratisation. En effet, le Royaume est pour la première fois depuis la création de “l’Initiative européenne pour la démocratie et les droits de l’homme” (IEDDH) sur la liste des pays bénéficiaires de ce mécanisme de financement. La Commission a réservé à la société civile marocaine une enveloppe de 11 millions de DH (soit 1 million d’euros) pour la réalisation d’actions visant la promotion de la démocratie, la bonne gouvernance et les droits de l’homme. Un appel à proposition a été lancé le mercredi dernier lors d’une réunion d’information au profit des associations concernées. Selon la délégation de la Commission au Maroc, parmi les pays arabes bénéficiaires, “le Royaume et l’Egypte ont eu droit à la plus importante enveloppe “. Rappelons que l’Union européenne (UE) consacre chaque année environ 100 millions d’euros (soit plus de 1 milliard de DH) à l’IEDDH créée en 1994 à l’initiative du Parlement européen.Par ailleurs, si la Commission a décidé d’étendre le programme au Maroc, “c’est pour consolider les efforts du gouvernement en matière de protection des droits de l’homme”, indique-t-on auprès de la délégation. D’ailleurs, cette initiative vient renforcer d’autres projets sur lesquels la commission travaille actuellement avec le gouvernement marocain. Il s’agit notamment de la mise en place d’un plan d’action national pour les droits de l’homme auquel l’UE a réservé 5 millions d’euros (soit 5,5 milliards de DH) dans le cadre du programme Meda. Par cette initiative, l’UE vise à renforcer la contribution de la société civile marocaine au processus démocratique. Sont ainsi concernés par cet appel à proposition, les Organisations non gouvernementales (ONG) et les établissement d’enseignement supérieurs à but non lucratif. Les candidats ont jusqu’au 23 mars de l’année en cours pour présenter des projets bien précis. L’IEDDH financera des actions portant sur la promotion de l’éducation à la citoyenneté et la gouvernance, des droits de la femme ou encore le renforcement des capacités institutionnelles et l’administration de la justice. Les organisations intéressées auront par ailleurs droit à des sessions d’information qui seront organisées par la délégation de la Commission au cours des mois de janvier et février. Une adresse de messagerie spéciale est également ouverte pour les demandes d’informations spécifiques ([email protected]). Sur le registre des montants subventionnés, la commission s’engage, après sélection des dossiers, à financer jusqu’à 90% du coût éligible de l’action à engager. Si toutefois l’organisme demandeur remplit toutes les conditions d’éligibilité fixées par la commission. La subvention est toutefois comprise entre un minimum de 15.000 euros (165.000 DH) et un maximum de 100.000 euros (1,1 million de DH) selon l’importance du projet.La commission veille également au suivi des réalisations des projets financés. Si le bénéficiaire n’exécute pas les actions conformément à ses engagements, la Commission se réserve le droit de résilier le contrat. Elle peut même demander le remboursement de tout ou partie des sommes versées.


Les médias aussi

LA presse joue aussi un rôle important dans la promotion de la démocratie et des droits de l’homme. Ainsi, la Commission a étendu son programme aux médias privés. Ils sont concernés par le volet de la promotion de l’indépendance, le pluralisme et la responsabilité des médias. Ces organismes peuvent en effet proposer des actions de formation au profit des journalistes visant le renforcement de leur responsabilité et déontologie professionnelles ou encore le suivi de la réforme du code de la presse. M.M.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc